Bilan

Pourquoi Amazon développe des drones qui s’autodétruisent

Livrer des millions de colis par drone est encore un rêve pour le géant du web, qui multiplie recherches et projets pour améliorer la sécurité. Quitte à détruire les appareils en vol en cas d’urgence.
Crédits: Pixabay

«Dans 10 secondes, ce drone s’autodétruira»… Cette phrase ne figure pas dans le prochain opus de la saga Mission Impossible, mais ne sera peut-être bientôt plus de la science-fiction. L’entreprise américaine Amazon a déposé fin novembre un brevet pour le moins original: un système embarqué à bord des drones de livraison qui pourrait programmer leur désagrégation en cas d’urgence.

Lire aussi: Amazon effectue sa première livraison par drone

Le géant du web est connu pour investir depuis au moins quatre ans dans la livraison par drones et fait régulièrement des annonces dans ce domaine. Mais les promesses de rapidité de ce système se heurtent toujours à un sérieux handicap: que se passe-t-il si un problème technique survient au milieu de la livraison? Le drone pourrait-il être piraté et servir de projectile? Pourrait-il percuter quelqu’un?

Un système de contrôle embarqué sur l’appareil

D’après les précisions des sites américain The Verge et CNBC, l’idée derrière le brevet d’Amazon consiste en un système de contrôle embarqué sur l’appareil, qui soit capable d'étudier lui-même le plan de vol du drone, les conditions météorologiques et la topographie, le tout afin de déterminer rapidement les mesures à adopter, comme par exemple relâcher le colis et se décomposer progressivement.

L’idée n’est donc pas d’exploser en plein vol, mais de produire une «séquence de fragmentation», indiquant à quel moment certaines parties devraient être cassées et relâchées pour minimiser les dégâts. Pour l’heure, il ne s’agit que d’un brevet, ce qui ne signifie pas qu'Amazon parviendra à concrétiser son idée un jour.

Même si les livraisons par drones ne sont encore qu’aux phases d’essais, Amazon multiplie les initiatives pour être à la pointe. L’entreprise a par exemple déposé des brevets incluant l’utilisation de lampadaires comme stations d’accueil de drones pour les recharger, l’introduction de parachutes de sécurité dans des étiquettes d’expédition, ou encore le déploiement de drones depuis des «vaisseaux mères» qui serviraient aussi d’entrepôts volants.

Lire aussi: La Suisse pionnière des livraisons par drones

Marjorie Thery
Marjorie Théry

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."