Bilan

PME: neuf idées pour une veille technologique performante

Pour Bilan, le directeur du bureau d'ingénieurs FiveCo Antoine Lorotte livre ses bonnes pratiques pour se mettre à jour sur toutes les nouveautés de son secteur.
  • Antoine Lorotte, directeur de FiveCo. 

  • Antoine Lorotte, directeur de FiveCo. 

S’il est une activité qui représente un enjeu stratégique pour une entreprise, c’est bien celle de la veille technologique. Sans elle, pas d’innovation possible. Alors que les géants de l’innovation dépensent des sommes considérables pour la R&D - de 7,1 milliards de dollars pour Apple, à 12,6 milliards pour Samsung - on se demande comment une PME peut prétendre suivre dans la démesure.

 

Lire aussi: Six erreurs qui empêchent la startup de devenir une PME 

Et pourtant, il n’y a pas d’alternative possible. Quelle que soit sa taille, une entreprise qui prétend mettre sur le marché les technologies de demain, doit être à jour sur tout ce qui se fait sur son secteur. Voici donc une petite liste des bonnes pratiques, issues de mon expérience d’entrepreneur, pour une veille technologique efficace. 

 

1) Incitez vos collaborateurs à diversifier leurs compétences : Entre deux projets, il arrive bien souvent que vos collaborateurs disposent de temps libre. Aussi, le mieux est d’utiliser cette disponibilité pour les inciter à se former. Saisissez les occasions qui se présentent entre deux projets pour les laisser se former sur un sujet dédié et pour lequel vous avez identifié un besoin. Vous susciterez ainsi l’émulation de votre équipe.

2) Profitez des compétences de vos fournisseurs : La meilleure façon de connaître les dernières tendances du marché, c’est d’interroger vos partenaires. Si, avec le temps, vous avez réussi à tisser un réseau d’excellence avec vos fournisseurs, c’est encore plus simple. D’eux-mêmes, ils vous fourniront des informations sur leurs dernières innovations ou vous renseigneront sur les derniers développements des technologies qu’ils maîtrisent. L’information se trouve dans votre environnement entrepreneurial : n’hésitez-pas à solliciter vos fournisseurs pour être informés des toutes dernières nouveautés, et n’oubliez pas de leur rendre ce privilège. 

3) Formez des alter-ego : Dans chaque équipe on trouve des experts qui excellent dans une matière donnée. Ces ressources inestimables peuvent jouer un rôle de tuteur au sein de votre entreprise et assurer un transfert de compétences en direction des autres collaborateurs. Cette action s’impose d’autant plus qu’elle permettra à l’expert de former un alter-ego avec qui il pourra discuter de sujets complexes, voire, à terme, se challenger dans le cadre d’une saine émulation interne au sein de l’entreprise.

4) Privilégiez les formations en comité restreint : les catalogues de formation sont pléthore et l’offre quasi-infinie, au point que, parfois, trop de choix tue le choix. Privilégiez les formations en petit comité. Celles où le tuteur peut s’adapter au niveau de son interlocuteur de manière ultra-précise. Choisissez toujours les formations spécifiques et directes.

5) Abonnez-vous et ré-abonnez-vous : Les revues technologiques sont là pour vous garantir une source de connaissances. Des journalistes et des experts ont pré-mâché pour vous l’information et ont passé en revue les dernières innovations. Organisez-vous pour avoir le temps de lire cette revue de presse, qu’elle soit sous format papier ou en ligne (site web, blog, forum spécialisé).

6) Engagez des ingénieurs: Les écoles comme les EPF ou les HES, par exemple, sont renommées pour « apprendre à ses ingénieurs à apprendre » en leur donnant des bases solides qui leur permettront de se plonger dans de la documentation de fond. Recruter un ingénieur, c’est accueillir dans son entreprise, une ressource capable de se confronter à la résolution de problèmes industriels, mais surtout, qui vient en étant formé aux toutes dernières technologies. Il sera donc capable d’ouvrir de nouvelles perspectives au sein de votre entreprise ; une ouverture d’esprit salutaire pour progresser sur le chemin de l’innovation.

7) Brainstormez : Cet anglicisme est entré dans les moeurs. Montaigne, lui, disait « Il faut voyager pour frotter et limer sa cervelle contre celle d’autrui ». Voici une citation d’un grand humaniste qui décrit bien le brainstorming et surtout explique le fait qu’en « brainstormant », vos collaborateurs ne font pas qu’inventer, ils se forment mutuellement. Ce n’est pas parce qu’on n’a pas trouvé la solution qu’on cherchait à la suite d’un brainstorming qu’on a perdu son temps. Car en se concertant mutuellement, vos collaborateurs, auront partagé leurs savoirs. Cela découle d’un environnement propice à la discussion constructive.

8) Parcourez les salons spécialisés : Du CES de Las Vegas à l’EPHJ de Genève, en passant par le Baselworld ou tant d’autres, les événements dédiés à vos professions sont pour vous comme un livre à ciel ouvert. De stands en conférences, vous trouverez forcément matière à perfectionner vos connaissances sur vos sujets de prédilection.  

9) Benchmarkez vos concurrents : C’est sans doute l’exercice le plus fructueux pour votre entreprise en termes d’apprentissage. En étudiant les bonnes pratiques de vos concurrents, vous trouverez des axes de progressions et de différenciation pour votre propre activité. Une veille méthodique suivie d’une analyse approfondie vous permettront d’extraire les faits saillants des stratégies de vos concurrents et ainsi de vous positionner par rapport à eux. 

 

En conclusion, nous rappellerons qu’en période de crise l’innovation est vitale pour les entreprises qui doivent impérativement profiter de ce moment pour innover et se différencier. C’est donc le moment où jamais de développer votre veille technologique. 

Antoine Lorotte

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."