Bilan

Pepsee: une escapade en Ferrari et une lampe LED tout terrain

De nouveaux projets arrivent sur la plateforme dédiée à l’entrepreneuriat Pepsee.ch. Votez pour vos préférés.

Grâce à l'économie collaborative, plus besoin d'être millionnaire pour s'offrir de temps à autre une escapade en Ferrari.

Plus besoin d’être millionnaire - ou très endetté - pour se promener de temps à autre en Ferrari grâce à FastDrive Club. Une fois membre de cette communauté, vous pouvez conduire pendant deux heures une Ferrari F430 à un prix abordable, deux à trois fois par mois dans votre région (Genève, Lausanne, Neuchâtel, Fribourg ou Sion). Pour s'affilier, il suffit de s’acquitter d’un apport initial puis, en fonction de l’utilisation du véhicule, d’une participation aux coûts basée sur le kilométrage effectué.

Si vous souhaitez que cette prestation soit mise en vente à prix préférentiel sur Pepsee, la plateforme commune de QoQa et Bilan dédiée à l’innovation, vous n'avez qu'à vous rendre sur la page et voter!

Derrière FastDrive Club, Samuel Gariplerden (37 ans) et Fabrice Appy (40 ans), deux entrepreneurs romands et amis de longue date. “Rouler en Ferrari est un rêve que l’économie collaborative met à la portée de tous”, déclare Samuel Gariplerden.

Ce dernier a participé à l’aventure de Zong, cette start-up genevoise acquise par PayPal en 2011 pour 240 millions de dollars, en compagnie de David Marcus aujourd’hui membre de la direction générale de Facebook. Devenu business angel et mentor d’un cours d’entrepreneuriat à la HEG (Haute Ecole de Gestion) de Fribourg, il a développé avec son partenaire le modèle économique qui va déboucher sur la création de FastDrive Club en juin 2013. Depuis, plus de 500 personnes ont déjà utilisé ce service.

En voiture avec la vidéo.

Le Labo de Piwi

Une lampe au bout d’un câble, au fond, c’est chic. C’est ce que se sont dit Daniel Ramos (37 ans) et Bénédicte Graz (27 ans) après un déménagement en s’éclairant de la sorte, faute de mobilier. “Nous nous sommes inspirés des baladeuses de chantier pour créer cet objet minimal. Et puis nos amis nous en ont demandé et nous avons pensé à les commercialiser”, relate Daniel Ramos. Céramiste, Bénédicte a créé différents modèles de lampe. Accessoire déco, la baladeuse est composée d'une gaine en tissu, d'un culot en laiton ainsi que d'une ampoule LED.

Le couple est l’élément moteur du Labo de Piwi, un réservoir d’idées basé dans une belle maison rouge au Mont-sur-Lausanne. Il réunit une petite communauté d’artisans qui créent des objets du quotidien toujours en petite série. Mascotte du labo, Piwi était le nom de la femelle bouledogue de Ramos et Bénédicte malheureusement décédée l’année dernière en mettant au monde six chiots, dont deux sont restés auprès du couple.

D'autres projets attendent toujours vos votes.

Médaille d’or du dernier Salon International des Inventions de Genève, le WhyNote Book se présente comme  un cahier dont le contenu peut s'effacer comme sur un tableau blanc. Avec l’avantage d’avoir la taille d’un bloc-note et d’entrer dans votre sac.

Derrière ce produit « swiss made », Julien Debroux (26 ans) et son partenaire Grégory Dietrich. « Nous avons déjà conclu des accords pour la distribution avec une cinquantaine de points de vente, dont Nature et Découverte, ainsi que Manor à Genève », se félicite Julien Debroux. Pour que le WhyNote Book soit en vente sur Pepsee.ch à des prix préférentiels, rendez-vous sur le site et votez.

Diplômé de l’Ecole de management et de communication (EMC) à Genève, le jeune homme a lancé sa société D&D dès la fin de ses études, en 2011. La firme a déjà à son palmarès la marque Bill's Watches, des montres fun et colorées à bracelets interchangeables.

Un succès: la première collection s’est écoulée à plus de 200 000 exemplaires. Les bénéfices ont été réinvestis dans le conception et le lancement du WhyNote Book. « Il y existe aussi un grand potentiel dans la personnalisation de calepins par des grandes compagnies pour leurs collaborateurs. L’utilisation d’un matériel d’écriture réutilisable permet des économies conséquentes de papier », poursuit l’entrepreneur.

Voici le WhyNote book en vidéo.

Eloa 

Quant à lui, Patrick Wunderlin (33 ans) a créé en 2014 le site de commerce en ligne Eloa qui se profile comme la vitrine pour l’artisanat en Suisse. « L’idée m’est venue un jour où je voulais offrir en cadeau à mon père un objet fait à la main. Or, en dehors de la période des marchés de Noël, on ne sait guère où s’adresser pour trouver de l’artisanat. » Entrepreneur passé par des études d’ingénieur et de médecin, il monte sa plateforme Internet et commence à recruter des artisans intéressés à y être représentés. Le site se finance par une commission prélevée sur les ventes.

« Eloa se veut moins impersonnel qu’eBay car j’assure personnellement le service à la clientèle », reprend Patrick Wunderlin. Ce dernier est déjà à l’origine du site participatif des horaires d'ouverture en Suisse Ligoo.ch. L’adresse connaît un grand succès avec 230'000 visites par mois et plus de 12'000 établissements renseignés. « C’est grâce à Ligoo que j’ai pu créer Eloa », rapporte-t-il.

Magnetic

Toujours en vente sur Pepsee.ch avec un nouveau stock, car le premier est déjà épuisé: Magnetic, le post-it magique. Jeremy Vaccher (21 ans) a découvert sur la plateforme de crowdfunding Kickstarter un bloc-note tout terrain qui l’a fait battre des mains : Magnetic. « Ce sont des pastilles de couleurs qui tiennent sur toutes les surfaces grâce à l'électricité statique. C’est l'outil idéal pour laisser des messages dans toutes les pièces de la maison. L'un des côtés est identique à un tableau blanc ce qui permet d'effacer pour réécrire à volonté. »  Le Vaudois d’Oron-la-ville s’est associé au promoteur russe de ce produit fabriqué en Finlande, dont le marketing est effectué aux Etats-Unis. Cet élément de déco va être lancé sur le marché mondial au début de l’été.

Encore en formation pour l’obtention d’un CFC, Jeremy Vaccher est médiamaticien, un métier encore mal connu qui se situe entre l’employé de commerce et l’informaticien. Impatient, le jeune homme a déjà créé en 2014 une première société, Visihome. Celle-ci offre aux agences immobilières des solutions informatiques 3D pour permettre aux futurs acheteurs de se déplacer en ligne dans un bien immobilier. « Ça marche vraiment très bien », sourit Jeremy Vaccher.

Mobetool

Et puis bientôt en vente, le scooter électrique Mobetool de Jacques Hess (50 ans). Silencieux et jouissant d’une grande autonomie, ce deux-roues parcourt 100 kilomètres pour 4 centimes d’électricité. « L’idée m’est venue lorsque j’étais en voyage professionnel en Chine. Là-bas, tout le monde se déplace avec ce genre de scooters. Nous avons développé un modèle adapté à la Suisse sur la base des véhicules chinois », relate Jacques Hess.

L’ingénieur dirige à Prilly (VD) une petite société active dans les panneaux solaires pour les particuliers : GTS Solar. Il reprend : « Le scooter a été élaboré dans le cadre de l’entreprise et complète bien notre offre dans les énergies renouvelables. Il nous a fallu plusieurs années pour faire aboutir le projet et obtenir les homologations nécessaires. Nous avons déjà vendu une quarantaine de Mobetool par bouche-à-oreille. Aujourd’hui, nous sommes prêts pour une phase offensive de vente. »

Si vous aussi, vous avez des idées innovantes, annoncez-vous sur Pepsee.ch. La plateforme vous offre une visibilité convoitée, ainsi qu’un accès direct aux deux communautés réunies.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."