Bilan

Pascal Jaussi, un entrepreneur qui dérange le secteur aérospatial?

Sauvagement agressé, le CEO de la startup suisse Swiss Space Systems (S3) a frôlé la mort voici quelques jours. Mais qui peut en vouloir à ce point à Pascal Jaussi? En quoi l'activité de S3 peut-elle déranger un secteur de l'aérospatiale en pleine transformation?
  • En imaginant une navette lancée depuis un avion gros-porteur, Swiss Space Systems pourrait bouleverser le secteur en démocratisant le lancement de petits satellites.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems
  • Pascal Jaussi a vécu un calvaire voici quelques jours, violemment agressé par deux inconnus.

    Crédits: Image: Swiss Space Systems

L'agression a été d'une violence extrême: un homme roué de coups, étranglé, attaché dans sa voiture, aspergé d'alcool ou d'essence, et brûlé vif. La scène relatée par nos confrères de 24Heures, est terrifiante. Pascal Jaussi, CEO de la startup Swiss Space Systems (S3), a frôlé la mort voici quelques jours suite à l'attaque perpétrée sur sa personne par deux inconnus. Encore hospitalisé dans une situation grave, même si ses jours ne semblent plus en danger, l'entrepreneur romand a vécu un sort que l'on pensait réservé aux films de grand banditisme.

Lire aussi: Swiss Space System développe ses activités en Espagne

Au-delà de l'émotion légitime que suscite une telle agression et un déchaînement de violence qui aurait pu conduire Pascal Jaussi à la mort, une question se pose: qui était suffisamment dérangé par l'entrepreneur et sa startup pour envoyer deux agresseurs et attenter à la vie du jeune homme?

Une menace déjà ressentie

Comme le rappellent nos confrères de 24Heures, cette violente agression intervient au terme de plusieurs mois de menaces, d'attaques et de dégradations visant Pascal Jaussi et S3: menaces pour des «questions industrielles», tentative de destruction des serveurs en les noyant après avoir fracturé la porte du local, présence de rôdeurs aux abords du siège de Swiss Space Systems à Payerne... Et l'entrepreneur était conscient des menaces qui pesaient sur lui (même s'il ne s'imaginait sans doute pas risquer sa vie), comme il l'expliquait le 30 avril dernier à nos confrères de La Liberté: «Je pense que l’impact stratégique de S3 a été sous-estimé. Démocratiser l’accès à l’espace n’est pas une vision fortement partagée par l’industrie spatiale. Nous ne pensions pas nous attirer autant d’ennemis en nous lançant dans ce projet et nous subissons beaucoup de pressions. J’ai parfois l’impression d’être David contre Goliath. Il s’agit d’un combat quotidien».

Quelques jours après l'explosion au décollage d'une fusée SpaceX, c'est le secteur des nouveaux acteurs privés de l'aérospatiale qui semble dans la tourmente. Si les deux événements ne se ressemblent pas (un accident industriel pour SpaceX, une agression volontaire sur une personne pour Pascal Jaussi), et si les deux activités sont différentes (SpaceX reprend la technologie de la fusée mais en réutilisant le même lanceur à plusieurs reprises, S3 s'appuie sur un avion gros-porteur pour envoyer à très haute altitude une navette apte à mettre de petits satellites sur orbite), la finalité des deux se rejoint: démocratiser l'aérospatiale et permettre à un plus grand nombre d'utilisateurs d'avoir accès au marché des satellites.

De nouveaux acteurs qui dérangent

Or, en Europe comme aux Etats-Unis et désormais en Asie, nombre d'entreprises sont liées aux quelques lanceurs traditionnels, qui se partagent le marché depuis des décennies. Pour ces fournisseurs, sous-traitants, partenaires, l'arrivée de nouveaux acteurs venant casser les prix peut constituer une grave menace pour la pérennité du chiffre d'affaires.

Une autre piste pourrait toutefois être explorée par les enquêteurs qui vont tenter de retrouver les agresseurs de Pascal Jaussi: les retards pris par Swiss Space Systems par rapport à quelques annonces et plannings dévoilés début 2015. A l'époque, Swiss Space Systems annonçait son introduction en bourse pour fin 2015. Cette prévision intervenait juste après l'achat de terrains à Payerne pour bâtir un spaceport, un an et demi à peine après avoir développé ses activités aux Canaries pour lancer (dès 2018 affirmait la startup à l'époque) des petits satellites depuis l'archipel.

Or, tout ce calendrier a été chamboulé: si un Airbus A340-300 a bien atterri à Payerne cet été, l'IPO n'a pas encore eu lieu. Et plusieurs investisseurs qui misaient sur un décollage fulgurant de cette startup pour voir leur mise fructifier en sont quittes pour attendre.

Lire aussi: Swiss Space Systems achète un terrain pour son spaceport à Payerne

Cependant, il semble assez peu probable que le climat général de menace qui pèse depuis quelques mois autour de S3 soit lié à des (futurs) actionnaires impatients. Le sabotage des serveurs avec effraction et utilisation d'une lance à incendie pour noyer les équipements serait totalement contre-productif pour des investisseurs impatients de voir S3 croître et percer sur le marché.

De plus, la crédibilité du projet de Pascal Jaussi reste très forte. Les retards d'introduction en bourse sont courantes pour les startups et ne présagent en rien de difficultés ou de réussites ultérieures. Et parmi les partenaires de Swiss Space Systems, il n'y a pas eu de défections en chaîne ces derniers mois: TAG Heuer a encore réaffirmé son engagement aux côtés de la jeune startup au mois de juillet. De quoi rassurer les souscripteurs. Reste à voir dans quelles directions vont aller les enquêteurs dans leurs investigations...

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."