Bilan

Partager ses secrets incognito grâce à Whisper

Le réseau social anonyme, Whisper, révèle une version peaufinée de son application mobile et confirme une levée de fonds prometteuse.

Une révélation anonyme mais publique.

Crédits: DR

Sur l’écran du mobile, un flot ininterrompu de révélations, anodines pour la plupart. Intimes, plaintifs, tristes et parfois drôles, les utilisateurs confessent leurs secrets en public de manière anonyme.

Plus besoin de tenir sa langue

Whisper, « chuchotement » en français, est un réseau social né sur mobile qui permet aux utilisateurs de faire des confessions en ligne tout en restant anonymes.

« Je suis un homme et je suis accro au shopping », « Je prétends être malade lorsque la journée au bureau s’annonce chargée pour que mon patron réalise que je suis indispensable » ou encore « Je viens de découvrir que ma cousine a été adoptée, elle ne le sait pas ». D’après le CEO de Whisper, la plateforme engendre 6 milliards de visites par mois, pour faire une confidence ou commenter celles des autres. Le nombre de visites aurait presque doublé depuis janvier.

Nouvelle version, nouveau financement

Le réseau social a divulgué lundi le lancement d’une nouvelle version de l’application qui permet de filtrer le contenu pour n’avoir accès qu’aux publications des personnes qui vous intéressent. Le contenu est répertorié par villes mais également à travers plus de 200 catégories telles que « amour », « musique » et « finance ». L’annonce de ce nouveau design s’accompagne de la confirmation d’une levée de fonds de 36 millions de dollars. La startup fondée en mars 2012 totalise 60 millions de dollars de financement pour une valorisation à 200 millions de dollars.

Un « must » dans la cour d’école

Les adolescents américains semblent être les principaux utilisateurs de la plateforme puisqu’elle garantie l’anonymat face à leurs plus grands ennemis en ligne : les parents, et très probablement, les professeurs. Whisper est la scène idéale pour révéler ses « premières fois » en public mais aussi pour critiquer ou moquer ses camarades.

Attention aux mauvaises langues

Certaines écoles se sentent menacées par les conséquences libératrices de l’anonymat. Sous couvert d’agir incognito, certains élèves se donnent le droit de s’exprimer de façon insultante, voire même de proférer des menaces à l’encontre d’autres membres de l’institution.

Le flot de messages haineux est un effet secondaire indésirable de l’anonymat qui pousse Whisper à mettre en place un système de modération.   

Anonymat réel ou prétendu ?

Pour publier, Whisper ne demande ni noms, ni date de naissance, ni adresse email, ni sexe, uniquement un pseudonyme et un code à quatre chiffres. Le service affirme également que les données sont chiffrées et sécurisées. En revanche, la règle est claire : toute révélation illégale sera immédiatement dénoncée aux autorités compétentes.

Il s’agit donc d’un anonymat partiel. L’identité et les données d’un utilisateur sont gardées secrètes des autres membres du réseau mais sont entre les mains du réseau lui-même. Adresses IP et données cellulaires permettraient très certainement d’identifier des « chuchoteurs » si nécessaire.

Mes secrets sont mieux que les tiens

Whisper n’est pas le seul réseau social à surfer sur la tendance de l’anonymat, il est en concurrence directe avec Secret, dont le mot d’ordre est « parle librement ». Cette startup, qui totalise 11,5 millions de dollars de financement, est appréciée de la communauté « tech » de la Silicon Valley pour échanger des rumeurs. Sous des airs de plateforme plus sérieuse, le principe de Secret est le même : maximiser le partage de confessions sous la promesse de l’anonymat.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."