Bilan

Nous serons tous des orateurs 2.0

Fondus enchaînés, zooms, cartes animées, cubes rotatifs en trois dimensions pour passer d'une page à une autre... A l'issue d'une après-midi soporifique, la présentation que John Delaney déroule sur grand écran est époustouflante.

Alors que les orateurs précédents étaient parvenus à chloroformer l'auditoire sur le thème pourtant passionnant des futurs synchrotrons et autres supertélescopes qui équiperont la recherche européenne dans les dix ans à venir, l'océanographe américain livre le genre d'exposé qui donne immédiatement le sentiment d'être plus intelligent sur un sujet pourtant balisé: le changement climatique.

Un média créatif

La verve de ce professeur buriné par ses périples sur les sept mers n'y est pas étrangère. Mais c'est surtout la maîtrise de son logiciel de présentation qui laisse songeur. Il est parvenu à exploiter cet outil quasi obligatoire de la communication aujourd'hui de telle manière que, loin de formater sa pensée, il en fait devant une audience médusée un média incroyablement créatif.Dans un monde où dirigeants, commerciaux ou encore créatifs n'échappent pas à l'exposé en public, les logiciels de présentation, comme le célèbre PowerPoint, sont devenus le support incontournable du discours. A tel point que l'écrivain Régis Debray parle de «powerpointisation» du monde critiquant une machine à fabriquer de la pensée unique.S'il mesure le succès des logiciels de présentation - trois millions d'exposés PowerPoint par jour - le constat n'est pas entièrement faux. Mais John Delaney montre aussi que loin d'être des outils à formater la pensée, les logiciels de présentation sont devenus, au moins dans leurs dernières moutures, de véritables outils de création.Dans le détail, on relèvera que l'océanographe venu de Seattle n'utilise pas PowerPoint mais Keynote, le produit concurrent d'Apple. Toutefois, plusieurs experts nous ont confirmé que tant la version 2007 du logiciel de Microsoft que sa concurrente en version logiciel libre (Impress) offrent la même liberté de création avec des modules permettant toutes sortes d'effets et de transitions disponibles en ligne. Dans le même registre, diverses banques d'images permettent d'esthétiser ses présentations sans se ruiner.

Une question culturelle

La question n'est plus informatique - les outils sont là - mais culturelle. Chacun étant peu ou prou amené à utiliser des logiciels de présentation, pourquoi ne pas les regarder comme des médias à part entière? C'est ce qu'ont fait Astrid Klein et Mark Dytham, deux architectes basés à Tokyo. Leurs nuits «pechakucha» ( ndlr: le son de la conversation en japonais ) organisent dans plus de 110 villes de véritables joutes où les orateurs 2.0 ont vingt slides et six minutes pour livrer la mère des présentations. Qui aurait cru que PowerPoint puisse être fun'

Illustration: © Laurent Bazart

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."