Bilan

Michael Dell vante les données et l'interaction homme-machine

A l'occasion de sa grand-messe annuelle à Las Vegas, la firme américaine Dell, par la voix de son CEO et fondateur Michael Dell, a prôné une économie dont la croissance serait basée sur les données, et au sein de laquelle humain et machine coopéreraient en totale intelligence.

Michael Dell prône l'utilisation massive des données pour doper la croissance du secteur tech.

Crédits: Dell Technologies World

Scandale Cambridge Analytica, nouvelles législations (notamment en Europe et en Suisse) sur la protection des données, fronde contre les GAFA,... les questions sur les données et leur usage par les entreprises du secteur technologique se multiplient. Mais elles ne semblent pas effrayer Michael Dell. Le fondateur et CEO de Dell Technologies vante plus que jamais un modèle de développement appuyé sur les datas des clients et des objets connectés.

Lire aussi: Dell s'empare du groupe de stockage de données EMC

A l'occasion du Dell Technologies World, la convention annuelle que tient le groupe à Las Vegas, le dirigeant et actionnaire majoritaire a décrit sa vision de la croissance, largement appuyée sur l'exploitation des données. «Les données fournies par les utilisateurs aident à rendre le service ou le produit meilleur, et donc incitent le consommateur à l’utiliser davantage, et donc à fournir davantage de données… et sur la base de ces données, on peut développer des intelligences artificielles, des réseaux neuroneaux, du machine learning…», détaille Michael Dell, qui avance pour 2020 le chiffre faramineux de 200PB de données produites par jour sur la planète... «Mais ces données ne viendront pas des gens, mais des objets connectés», glisse-t-il comme pour rassurer des particuliers potentiellement inquiets: domotique, voitures intelligentes, vêtements équipés de capteurs et autres dispositifs connectés viendront s'ajouter aux smartphones qui transmettent déjà énormément de données sur leurs utilisateurs.

Des réussites entrepreneuriales à l'appui

Et pour mieux étayer son propos sur l'avenir, Michael Dell s'appuie sur le passé: «Au départ, seuls les gens actifs dans l’informatique ont vu venir les révolutions de la connectivité, des datas et du pouvoir de l’informatique. Désormais, tout un chacun a pris conscience des révolutions en cours et de leur ampleur». Une manière habile de légitimer sa vision.

Et pour convaincre davantage son auditoire, il cite des exemples de réussites entrepreneuriales dans lesquelles les solutions de connectivité Dell ont été impliquées. Ainsi en est-il d'AeroFarms, une société du New Jersey née en 2004 et qui cultive des légumes en bacs dans des hangars. Une culture hors-sol qui présente, selon Marc Oshima et David Rosenberg, respectivement chief marketing officer et CEO de l'entreprise, de nombreux avantages: «Avec des capteurs et des systèmes connectés, Dell nous aide à collecter les données pour produire des légumes avec une productivité 390 fois plus importante qu’en sol, avec zéro pesticide et des besoins en eau largement réduits (95% de moins)». De plus, ces sites de production peuvent être aménagés dans des hangars et donc au plus près des consommateurs, ce qui réduit également les émissions de gaz à effet de serre liés au transport.

Lire aussi: Protéger les données, mais pas trop ?

Autre exemple mis à l'honneur par Dell Technologies: la banque israélienne Leumi, qui a mis en place des protocoles de sécurisation des données et d'authentification des personnes à distance qui n'oblige plus le client à se rendre dans une agence bancaire pour ouvrir un compte ou réaliser l'ensemble des opérations courantes. Une gamme de services à distance permise par le recours aux clouds proposée par Dell et qui constitue l'un des axes majeurs de la stratégie actuelle de la société.

Utiliser l’intelligence artificielle, ne pas nier l’intelligence humaine

Mais si Michael Dell affirme que «l'intelligence artificielle est votre vaisseau et les données sont carburant», il se projette justement dans cette interaction homme-machine que permet la recherche sur l'IA. «Il faut voir la technologie comme le vecteur du progrès humain. Ce n’est pas l'humain contre la machine, mais l’humain avec la machine. Il faut utiliser l’intelligence artificielle mais ne pas nier l’intelligence humaine, les émotions», affirme-t-il.

Et sa chief marketing officer, Allison Dew, vient à sa rescousse, armée de chiffres issus d'une récente étude internationale: «50% des gens pensent que les machines vont leur libérer du temps. 49% pensent que l’on sera plus productif en collaborant davantage avec les outils numériques. C'est pourquoi nous avons lancé le Dell Technologies Institute: il s'agit  d'un outil de recherche pour aider humain et machine à mieux coopérer».

Car, même si Michael Dell peine à le reconnaître, il est bien conscient des inquiétudes à long terme que peut soulever chez certains l'intelligence artificielle. Et il s'agit pour lui de rassurer sur ce point en focalisant les regards sur les aspects positifs et incontestables de cette association homme-machine.

Lire aussi: La Suisse mise sur les données numériques pour attirer des entreprises

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."