Bilan

Metallica conquis par des drones suisses

Pour sa tournée de concerts, le groupe de hard rock utilise un essaim de micro drones développé par la start-up Verity Studio à Zürich.

Le groupe de heavy metal anime ses concerts avec une technologie de drones développée au poly de Zürich.

Crédits: DR

Dans le monde de la robotique, Raffaello D’Andrea est une légende. Professeur à l’Institute for Dynamic Systems and Control de l’Ecole Polytechnique Fédérale de Zürich il a cofondé Kiva, rachetée 775 millions de dollars par Amazon, pour fournir les meutes de robots-caristes qui équipent une trentaine des entrepôts du géant du e-commerce.

Lire aussi: DJI, l’envol du géant chinois des drones

Il est aussi à l’origine de la Flying Machine Arena de l’ETHZ, le banc test de nombreuses nouvelles technologies de drones. Devenues virales, les vidéos de quadrocoptères renvoyant une balle, assemblant un immeuble ou construisant un pont suspendu ont fait le tour du monde.

Chorégraphies lumineuses

En 2001, Raffaello D’Andrea a aussim en parallèle à ses travaux créés une petite start-up à Zürich, Verity Studio, pour commercialiser des prestations sur mesure sur la bases de ses technologies. Le Cirque du Soleil a par exemple fait appel à ses services pour des chorégraphies de lumières basées sur la technologie Stage Flyer dans son show de Broadway Paramour. C’est maintenant au tour du groupe de heavy metal Metallica d’avoir recours aux services de la start-up zurichoise. Lors de son concert du 2 septembre dernier à Copenhague, la formation de Lars Ulrich et James Hetfield a ainsi interprété la chanson Moth in Flame extraite de son dernier album accompagné par un essaim de microdrones faisant danser leurs lumières autour de la scène.

Une première qui en annonce d’autres dans la mesure où le vol de drones dans des espaces publics était jusqu’ici limité. Mais la législation pourrait évoluer au fur et à mesure que la technologie offrira des garanties de sécurité pour le grand public.

Lire aussi: La Suisse se spécialise dans les drones techniques

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."