Bilan

Merck Serono intensifie son plan d’externalisation

Calypso Biotech est la sixième des spin-off créées par la division de Merck, près d’un an après la décision de la fermeture du site genevois.
L’équipe de Calypso Biotech (de g. à d.): Alain Vicari, Laurence Goffin et Yolande Chvatchko. Crédits: J-B Delage, Dr

Merck Serono mène tambour battant sa stratégie d’externalisation via la création de spin-off. En annonçant le lancement de Calypso Biotech, une start-up spécialisée dans les maladies inflammatoires chroniques du système digestif, la division biopharmaceutique de Merck – désormais domiciliée à Darmstadt – signe la sixième réalisation de son programme d’aide à la création d’entreprises destiné à ses anciens employés.

Depuis avril 2012, pas moins de 41 collaborateurs ont ainsi pu se lancer dans l’aventure entrepreneuriale en volant de leurs propres ailes… ou presque.

Coup double

Merck Serono est loin de rompre toute attache avec ses ex-employés. Pour Calypso Biotech, par exemple, la division accordera un financement initial de 2,5 millions d’euros, dont la gestion sera assurée partiellement par Merck Serono Ventures, de par sa représentation au conseil d’administration de la spin-off.

Quant au portefeuille d’anticorps monoclonaux que cette dernière sera chargée de valoriser sous la forme de futures thérapies, ceux issus de Merck Serono resteront la propriété de cette dernière, Calypso en obtenant les licences d’exploitation.

Le programme de création d’entreprises permet à la fois la continuation de recherches devenues non stratégiques pour Merck Serono et la conservation d’un savoir-faire précieux sur l’arc lémanique. Toutes les sociétés soutenues ont majoritairement pris ancrage à Plan-les-Ouates, soit dans les locaux d’Eclosion, soit dans ceux de la Fongit.

En sus de pures biotechs – Prexton Therapeutics dans le domaine de la maladie de Parkinson, Asceneuron pour la maladie d’Alzheimer – dans lesquelles Merck Serono injecte à chaque fois plusieurs millions d’euros, des sociétés de services dans le domaine de l’informatique et de la bio-informatique ont vu le jour, à l’image de Quartz Bio, TQM Insight et Ondaco.

Pour ces dernières, Merck Serono garantit en général un volume d’affaires pour plusieurs mois, ou du moins la volonté de faire appel à elles à l’avenir.

Calypso compte exploiter les actifs de son ancien employeur. «Les recherches qui seront poursuivies auront pour objectif le développement de médicaments pour des maladies inflammatoires de l’intestin pour lesquelles il n’y a pas ou peu de traitements efficaces, telles que la maladie de Crohn fistulisante et la maladie cœliaque réfractaire», précisent Yolande Chvatchko et Alain Vicari, les cofondateurs de la société.

Pour Merck Serono, ce passage de relais signifie un recentrage toujours plus fort sur ses activités de base: la neurologie, l’oncologie et les maladies auto-immunes. 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."