Bilan

Manifeste en faveur des start-up suisses - old

En collaboration avec Le Réseau et sur la base des suggestions et demandes exprimées par de nombreux entrepreneurs, Bilan vous propose de soutenir dix mesures pour améliorer les conditions-cadres entourant la création et la croissance de nouvelles entreprises innovantes en Suisse.

1. Défiscaliser les investissements des privés dans les start-up. Un montant plafonné investi dans une start-up est déduit de l’imposition du revenu et/ou de la fortune au moment de l’investissement. Ce montant est taxé seulement lorsque cet investissement est récupéré.

2. Aménager le système fiscal pour les start-up. Mise en place de mesures fiscales encourageant les investissements dans la recherche et le développement des entreprises et allègement de la fiscalité sur les revenus provenant des droits de la propriété intellectuelle.

3. Améliorer le système de participation des collaborateurs. Depuis 2010, les options des collaborateurs ne sont plus imposées au moment de l’octroi mais quand le collaborateur acquiert les actions suite à l’exercice de ses options. Dans le cas des start-up qui ne dégagent pas encore de profit, la taxe porte sur un revenu « virtuel» compliqué à estimer. La logique est que l’imposition n’intervienne qu’au moment de la vente de l’action.

4. Créer un fonds de fonds en capital-risque. Alimenté volontairement par les caisses de pension et placé sous la surveillance de la Confédération, ce fonds veille, en particulier, à encourager la multiplication en Suisse des investisseurs professionnels (partenariats limités, Corporate funds…) qui financent les secteurs innovants.

5. Création d’un second marché suisse. L’absence d’introductions en Bourse de sociétés suisses innovantes pèse négativement sur leur valorisation et, au-delà, sur celle de tout l’écosystème. Abaisser les barrières d’entrée à la Bourse ou créer un segment dédié est une nécessité.

6. Faciliter le développement de l’économie collaborative. Le «crowdfunding » et la «sharing economy » doivent bénéficier d’une législation bienveillante en Suisse. Faute de quoi ces secteurs se développeront ailleurs.

7. Mise en place d’un «visa entrepreneur ». Faciliter la venue de capital-risqueurs, de créateurs d’entreprise et de leurs employés clés avec un permis de travail attractif et facilement communicable à l’étranger dans le cadre de la redéfinition de la politique migratoire. 

8. Swiss Small Business Act. Mise en place de mesures facilitant l’intégration de start-up dans les appels d’offre des collectivités publiques ainsi que dans celles des grandes entreprises afin de les aider à acquérir des références.

9. Réformer la CTI. Principal instrument de soutien aux PME innovantes de la Confédération, la Commission Technologie et Innovation a besoin d’une simplification administrative et d’étendre ses activités aux start-up non issues des milieux académiques.

10. Une «Darpa» suisse. Comme le fait l’armée américaine, l’armée suisse pourrait se doter d’une agence de financement de la recherche susceptible d’investir – y compris sous forme de challenge – dans les projets stratégiques à long terme capables de générer des technologies de rupture.

 

Signez ici le Manifeste en faveur des start-up suisses

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."