Bilan

Luxy, le «Tinder sans les pauvres», pour des rencontres entre riches

Nouveau venu dans la galaxie des sites de rencontres, Luxy veut se distinguer de la concurrence en se limitant aux gens fortunés et revendique son surnom de «Tinder sans les pauvres».
  • Faciliter les rencontres entre gens fortunés: tel est le créneau assumé par Luxy, la nouvelle app.

    Crédits: Image: Luxy
  • Luxy s'est inspiré de Tinder pour son fonctionnement mais veut s'en distinguer en sélectionnant la clientèle fortunée uniquement.

    Crédits: Image: DR
  • L'app est disponible sur iPhone et sur Android.

    Crédits: Image: Luxy

Voici deux ans naissait Tinder, une app destinée à faciliter les rencontres: un profil balayé vers la droite sur l'écran du smartphone et la personne est appréciée, un autre balayé du doigt vers la gauche est rejeté. Et si deux personnes s'apprécient, une mise en relation est possible. Un principe basique mais qui a permis à l'app de trouver le succès, à l'image de Grindr, une app similaire pour les publics gays.

Deux ans plus tard surgit Luxy, qui se présente dans le communiqué officiel comme «Tinder sans les pauvres» en introduction, et enfonce le clou ensuite: «C'est Tinder, sans les clients au bas revenus». L'annonce est donc claire: cette nouvelle app se veut un outil pour des rencontres entre gens fortunés. Un revenu annuel minimal de 200'000$ est annoncé.

Le CEO reste anonyme

Une démarche assumée, mais le CEO de Luxy ne semble pas au diapason et reste volontairement anonyme, tout en affirmant qu'«avec la montée en puissance des rencontres en ligne à haute vitesse, il était temps que quelqu'un introduise un filtre pour expurger l'environnement des clients à bas revenus». Sa volonté de rester anonyme est expliquée à CNN par Darren Shuster, porte-parole de Luxy, par les critiques négatives qu'a anticipées ce service.

Le porte-parole précise que «si un candidat se montre dans une Coccinelle Volkswagen datant de plus de vingt ans et propose un rendez-vous au McDonald's, il ne va pas pouvoir rester très longtemps sur Luxy. Les membres de Luxy conduisent les meilleures voitures, descendent dans les hôtels les plus prestigieux, vivent dans les plus vastes maisons, s'habillent avec les plus beaux vêtements. Et ça ne prend pas longtemps de détecter et d'exclure ceux qui feraient mieux d'aller sur d'autres sites de rencontres».

Indiquer ses marques de luxe préférées

Et de décliner les profils de clients potentiels: «CEO, athlètes de haut niveau, médecins, avocats, entrepreneurs, investisseurs et rentiers, lauréates de concours de beauté et stars du cinéma ou de la télévision». Les utilisateurs sont d'ailleurs invités à faire état de leurs préférences les cinq marques de mode qu'ils préfèrent: «Autant savoir si on veut passer le reste de sa vie avec une personne qui affiche Mercedes-Gucci-Prada-Louboutin-Dom Perignon ou si on préfère un cocktail Tesla-Dior-Cartier-Taittinger-Tiffany's»...

Et le porte-parole poursuit en expliquant que les développeurs travaillent actuellement à un système qui permettrait de vérifier les revenus affichés par les utilisateurs, mais reconnaît que, d'ici la mise en ligne de ce programme, c'est aux clients de faire eux-mêmes la sélection.

Disponible sur Android et sur iPhone, Luxy n'affiche encore pas une grande masse de téléchargements. Mais les responsables du service affirment ne pas viser le volume mais la qualité exclusive des membres.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."