Bilan

Les Temps Modernes

Entre villes saturées et nécessités environnementales, la tendance s'affirme à l'économie: économie de place, d'essence et de rejet de CO2. Un contexte dans lequel Toyota apporte aujourd'hui une solution qui doit quelque peu agacer Smart. Alors que le constructeur allemand a célébré les 10 ans de sa Fortwo, qu'il a mis des années à imposer aux citadins la pertinence de la microvoiture, le groupe japonais lance sur le marché un véhicule aux dimensions presque équivalentes, la iQ. Mais à la différence de la Fortwo, ce modèle dispose de quatre places, affiche un design contemporain et recèle une technologie actuelle. Ce qui donne l'impression, pour ne pas dire plus, que Smart n'a pas su évoluer pour s'adapter à des exigences basiques, comme celle d'installer des enfants à l'arrière. Néanmoins, la iQ mérite-t-elle son qualificatif de révolutionnaire ou ne représente-t-elle qu'un développement rationnel dans le micromonde de la microvoiture? Seule certitude, elle profite sans états d'âme du chemin chèrement ouvert par la Fortwo pour se profiler comme une «chose» unique. Et l'impertinente a de réels atouts pour le faire croire. Avec son architecture aux formes déséquilibrées, elle s'exhibe comme une automobile originale. Avec ses neuf airbags, dont un pour la lunette arrière, elle pose de nouveaux jalons en matière de sécurité dans le segment des petits véhicules. Avec ses aides à la conduite, tels que son système d'écocompatibilité du style de conduite, elle se donne des airs de voiture intelligente. Il est vrai qu'elle porte le nom de iQ, soit Q.I. pour quotient intellectuel, en français. Alors un petit génie? Pour être parvenu à miniaturiser autant l'ensemble de ses éléments constitutifs afin d'offrir réellement quatre places, et cela dans une longueur de moins de trois mètres, la question ne se pose plus. Les concepteurs ont réussi ce tour de force en se jouant des formes et des volumes: ils ont notamment logé le réservoir sous le plancher, diminué la profondeur des dossiers des sièges, réduit la boîte à gants à sa plus simple expression, un filet, compacté le climatiseur, rendu la planche de bord asymétrique. Sans pour autant sacrifier le design intérieur et la qualité des matériaux. Tout aussi étonnant, la maniabilité de cette iQ. En ville, elle se conduit avec une facilité si déconcertante qu'il faut se retenir pour ne pas se glisser partout ou effectuer n'importe quelle manoeuvre, d'autant quelle profite d'un rayon de braquage de 3,90 mètres. Diabolique. Et sur route ou autoroute, elle se révèle encore capable de dépasser allégrement d'autres limites.

Carte d'identité

Puissance 68 chevaux Moteur 3 cylindres de 998 cm3 Transmission 5 vitesses manuelles ou boîte automatique Multidrive Émission de CO2 99g/km Consommation 4,3 l/100 km Dimension Longueur: 2,98m Largeur: 1,68m Hauteur: 1,50tm Prix 21700 francs pour le modèle de base

Photo: Toyota iQ / © D.R.

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."