Bilan

Les sous-vêtements vibrants bientôt en vente

Le salon CES de Las Vegas permet de découvrir les objets connectés les plus tendances. La société de sextoys OhMyBod annonce pour le mois de mars des sous-vêtements vibrants connectés via une appli à un smartphone.
  • Après les jouets, c'est au tour des sous-vêtements eux-mêmes de vibrer. Et à distance grâce à une application pour smartphone.

    Crédits: Image: Mario Tama/AFP
  • Actionner à distance les vibrations, c'est déjà possible mais pas très discret via une télécommande. Avec le smartphone, cela peut devenir bien plus discret.

    Crédits: Image: Joyce Naltchayan/AFP
  • Avec cette innovation, les amateurs de sextoys ne seront plus obligés d'avoir leur jouet en plus de la lingerie.

    Crédits: Image: OhMyBod

Faire vibrer un sextoy à distance n'a rien de révolutionnaire: les godemichets télécommandés existent depuis plusieurs années. Mais il n'est jamais très discret de jouer avec sa télécommande au bureau ou dans les transports en commun. Avec OhMyBod, deux innovations sont au menu des amateurs du genre: le sextoy et le procédé pour actionner les vibrations.

Plus besoin de camoufler un jouet dans son sac et de se mettre à l'écart pour en profiter: OhMyBod annonce que ce sera désormais la culotte elle-même qui vibrera grâce à un dispositif intégré dans le textile. Les adeptes du genre auront donc un «2 en 1»: sous-vêtement et jouet à la fois.

Une puce bluetooth dans la culotte

Et pour mettre en route la fonction vibrations, le fabriquant a intégré une puce bluetooth dans la culotte qui permet de relier la lingerie à un smartphone. Via une appli, le détenteur du téléphone pourra donc déclencher les vibrations à sa guise. «C'est très amusant de pouvoir contrôler les vibrations, sans que personne ne se doute de ce que vous faites car tout ce que vous avez entre les mains, c'est un smartphone», assure Brian Dunham, patron de OhMyBod.

Celui qui a fondé la société avec sa femme Suki se veut à contre-courant de l'idée reçue selon laquelle les nouveaux moyens de communication éloigneraient les individus: «La technologie peut séparer des couples, mais cet usage de l'innovation et des gadgets peut au contraire contribuer à les rapprocher».

Les culottes vibrantes connectées ne sont pas les premiers sextoys innovants que propose OhMyBod: la marque vend déjà depuis quelques mois des godemichets et vibromasseurs dont les vibrations se calent sur le rythme de la musique qu'écoute l'utilisateur ou l'utilisatrice.

Des vibrations personnalisables

Au salon CES qui se tient actuellement à Las Vegas, Brian Dunham a annoncé la commercialisation des sous-vêtements vibrants dès mars. Cette première version, avec la puce bluetooth, ne sera activable qu'à proximité par celui ou celle qui tiendra le smartphone. «Nous travaillons sur une solution pour que l'application soit utilisable à longue distance par le détenteur du smartphone et nous devrions proposer cette solution d'ici l'été», ajoute Brian Dunham.

L'application devrait offrir une série de fonctionnalités comme la possibilité d'enregistrer des sons ou des paroles et de caler les vibrations sur ces bruits ou mots. «Cette fonctionnalité permet de personnaliser l'expérience au maximum, chacun pouvant enregistrer des phrases ou des sons particuliers et obtenir des vibrations spéciales sur cette base», glisse le patron de OhMyBod.

Personne n’est au courant de ce que vous faîtes car la télécommande est sur votre téléphone ", déclare Brian Dunham, qui a fondé OhMiBod avec sa femme Suki. "La technologie peut briser des couples. Ici on l'a utilisée pour les rapprocher
Read more at http://www.atlantico.fr/atlantico-light/culottes-high-tech-bientot-marche-947371.html#L7jzgmiirpheRQIf.99

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."