Bilan

Les sept startup qui vont représenter la Suisse au Summit

Du 4 au 6 novembre, le Web Summit de Dublin va réunir plusieurs milliers d'acteurs majeurs d'internet en Irlande. Sept startup ont été sélectionnées en Suisse. Tour d'horizon des compétences helvétiques.
  • Le Web Summit de Dublin réunit chaque année à l'automne les plus importants acteurs de la tech.

    Crédits: Image: Web Summit
  • Everyglobe est basée à Zurich. Fondée par Richard Jann et Luc Oth, cette startup permet de combiner tous les services de différents acteurs du voyage (vols, billets, hébergement, location de voiture ou billets de transports en commun) afin de composer soi-même son séjour, tout en bénéficiant d'une solution all-in-one, mais avec un confort et une flexibilité inédites pour le client.

    Crédits: Image: Everyglobe
  • Goodwall est basée à Genève. Cette startup imaginée par les frères Bawa, Omar et Taha, avec Marcus Bonalumi, a pour but de recenser et de partager les bonnes actions sous forme d'un réseau social où les pratiques positives sont mises en avant et où chacun peut aider et conseiller les autres afin d'oeuvrer dans des domaines aussi divers que l'humanitaire, la santé, les actions sociales,...

    Crédits: Image: DR
  • milliPay est basée à Zurich. Cette startup fondée en février 2011 propose des solutions pour faciliter le paiement électronique pour les petits commerces. Sur la base des travaux de développement informatique de Simon Felsenstein et Andreas Sprock, ils mettent au point des systèmes de paiement flexibles et peu exigeants pour des structures de taille modeste.

    Crédits: Image: milliPay
  • neeo est basée à Soleure. Cette startup arrivera sur le marché de la domotique et de l'internet des objets en janvier 2015 et travaille actuellement sur des solutions visant à faciliter les interactions entre l'être humain et son lieu de vie grâce aux objets connectés.

    Crédits: Image: neeo
  • Sailogy est basée à Chiasso. Cette startup fondée en 2011 par Manlio Accardo vise à ouvrir les croisières en voiliers à tous en mettant en relations les détenteurs d'un navire et ceux qui souhaitent le louer. La startup a plus de 5000 navires dans son catalogue aussi bien en Méditerranée que dans les Caraïbes ou dans l'Océan Indien.

    Crédits: Image: Sailogy
  • everycook est basée à Winterthour. Cette startup fondée par Alexis Wiasmitinow fait entrer les objets connectés dans la cuisine avec un seul appareil pour toutes les étapes, de la cuisson au mixage des ingrédients, et ce en lien avec un smartphone ou une tablette sur laquelle l'app dédiée est téléchargée.

    Crédits: Image: everycook
  • PrYv est une startup basée à Lausanne. Fondée en 2012, elle a développé une app qui collecte toutes les données personnelles de l'utilisateur quel que soit l'appareil (smartphone, tablette, ordinateur) avec une série de fonctions permettant de trier et classer, voire partager les différentes datas puis de les protéger de toute intrusion ou piratage.

    Crédits: Image: PrYv

«Where the Tech World Meets» («Là où le monde de la Tech se rencontre»): le slogan du Web Summit est éloquent. Depuis la première édition en 2010, ce forum qui se tient à Dublin à chaque automne est devenu l'un des rendez-vous majeurs de l'innovation dans le monde. D'Elon Musk à Mark Zuckerberg, les leaders des plus grands groupes planétaires ne manquent pas cet événement crucial. Cette année, le plateau a de quoi donner le tournis: Brendan Iribe (CEO d'Oculus VR), Drew Houston (fondateur de Dropbox), Eugene Kaspersky (CEO de Kaspersky Lab), Sean Rad (CEO de Tinder), David Karp (CEO de Tumblr)...

Le Suisse Yves Behar, designer installé en Californie et qui a notamment dessiné le bracelet connecté Jawbone, sera aussi de la partie. De même que John Sculley, l'ancien CEO d'Apple (celui que Steve Jobs avait débauché chez Pepsi en lui demandant s'il voulait «passer sa vie à vendre de l'eau sucrée ou s'il préférait changer le monde avec lui»). Ainsi évidemment que d'importants acteurs dans le domaine du soutien aux startups, de la production au marketing en passant par le financement.

Trois jours pour convaincre

Et ce sont ces relais, partenaires ou appuis, que les startupers suisses vont rencontrer et tenter de convaincre, dans le cadre du PITCH program. Ce concours sélectionne 200 jeunes entreprises à travers le monde, les confronte pendant trois jours face à un panel d'investisseurs, de leaders des médias et de partenaires potentiels. Si un lauréat est distingué, toutes ont l'occasion de s'exprimer et de présenter leur projet et leurs activités.

Parmi ces 200 jeunes pousses, sept sociétés suisses. Quatre alémaniques, deux romandes et une tessinoise ont su convaincre le jury rassemblé par CTI Startup de les sélectionner et iront donc à Dublin début novembre. Agence de voyage, réseau social, solution de micropaiement, protection des données,... les domaines d'activités sont très divers et la maturation des projets également. Certains business sont déjà lancés tandis que d'autres sont en phase finale avant le début de l'activité grand public. Certaines s'adressent d'ailleurs à tous les consommateurs particuliers, tandis que d'autres sont clairement dans le B2B.

Goodwall est un bon exemple de ces jeunes entreprises qui se font une place sur le web. Imaginée par deux frères, Omar et Taha Bawa, avec un troisième acolyte, Marcus Bolanumi, l'initiative a pris la forme d'un réseau social des bonnes pratiques: quiconque souhaite partager ou découvrir les actions positives réalisables au quotidien, aussi bien dans l'humanitaire que dans la protection de l'environnement ou les oeuvres sociales, peut mettre en ligne ce qu'il fait, conseiller les autres abonnés et bénéficier du réseau. Chacun crée ainsi son «good CV» ainsi que l'expliquait Omar Bawa à Bilan cet été.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."