Bilan

Les routes intelligentes arrivent en Europe

Une portion de route au centre des Pays-Bas a été équipée pour s'illuminer la nuit en emmagasinant l'énergie le jour. D'autres développements sont attendus dans le domaine des routes intelligentes.
  • Le petit tronçon de 500m de long est équipé d'un traçage de la chaussée réalisé avec de la peinture qui emmagasine l'énergie pendant le jour et s'illumine la nuit.

    Crédits: Image: Studio Roosegaarde
  • Une peinture expérimentée par le même cabinet d'ingéniérie peut réagir à la température embiante et afficher des idéogrammes en forme de flocons pour signaler un risque de verglas.

    Crédits: Image: Studio Roosegaarde
  • A terme, d'autres idéogrammes pourraient signaler aux conducteurs le risque de rafales de vent.

    Crédits: Image: Studio Roosegaarde
  • A plus long terme, d'autres fonctionnalités comme des changements de ligne pourraient être envisagés, notamment dans l'optique de sécuriser le trafic en cas de forte affluence sur la route.

    Crédits: Image: Studio Roosegaarde
  • Daan Roosegaarde, patron du Studio Roosegaarde, et le directeur de son partenaire dans la construction, la société Heijmans, découvrent le tronçon de smartroad, près d'Oss.

    Crédits: Image: Studio Roosegaarde
  • A plus long terme, le Studio Roosegaarde envisage des routes connectées qui pourront recharger les véhicules qui circulent sans contact autre que les pneus, via la technologie de l'induction.

    Crédits: Image: Studio Roosegaarde

Aujourd'hui la lumière, demain le chauffage et les messages pour les automobilistes. La ministre néerlandaise des transports, Melanie Schultz van Haegen, est venue à Oss (Sud du pays) la semaine dernière pour l'inauguration d'une route innovante. En fait de route, il s'agit d'un tronçon expérimental de 500m de long sur lequel le cabinet d'ingéniérie Studio Roosegaarde a fait poser une peinture innovante qui emmagasine l'énergie en journée et la restitue sous forme de lumière la nuit. Une peinture qui n'est pas seulement phosphorescente car elle ne réagit pas à la lumière des phares mais éclaire réellement le tronçon.

Actuellement, les propriétés de cette peinture font qu'une recharge minimale à la lumière du jour permet de diffuser de la lumière pendant un minimum de dix heures en réagissant à la luminosité ambiante. Mais d'autres fonctionnalités sont déjà programmées. Les ingénieurs ont ainsi développé la Dynamic Paint, une peinture qui réagit à la température ambiante. L'idée serait alors d'alerter les conducteurs du risque de gel et de verglas lorsque le mercure flirte avec le zéro, en affichant des flocons ou autres idéogrammes sur le revêtement de la chaussée. D'autres fonctions comme l'indication d'un vent fort ou le risque d'aquaplanning sont envisagées.

 

La chaleur pour dégivrer

Autre fonction "intelligente" de la route: le chauffage qui évite la formation de verglas. Cette technologie n'est pas révolutionnaire: un pont de montagne a été équipé en Suisse grâce à un système d'échange de chaleur intégré dans l'asphalte. «Il concerne un pont dans des conditions très particulières, sujet à de très grands dangers de gel en hiver», expliquait en 2010 Antonello Laveglia, porte-parole de l'Office fédéral des routes (OFROU). Cet équipement se base sur des accumulateurs rechargés par le soleil à la belle saison et qui libèrent l'énergie et donc la chaleur en période de grand froid.

L'Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL) travaille aussi sur ce concept, notamment le laboratoire des mécaniques des sols. Le professeur Lyesse Laloui se base notamment sur la chaleur qui règne dans les tunnels (jusqu'à 25°C dans les ouvrages les plus longs): «C’est une énergie qui est là, disponible. Notre idée est d’utiliser les barres d’ancrage du tunnel comme échangeur de chaleur. Il s’agit, pour nous, d’un véritable transfert de connaissances. Les outils développés pour les bâtiments nous servent maintenant à faire des simulations numériques de faisabilité».

La recharge par induction

Après le transfert d'énergie dans la chaussée pour chauffer les revêtements, la prochaine étape devrait être le transfert d'énergie en vue de recharger les voitures qui circulent sur la route. Grâce à la technologie de l'induction, des essais sont menés en Allemagne, en Corée du Sud et en Italie pour fournir un complément d'énergie à des autobus électriques alors que ceux-ci circulent. Le Studio Roosegaarde travaille sur ces thématiques également et envisage, là où la topographie le permet, une voie spéciale pour recharger les véhicules électriques par le sol.

Encore faudra-t-il que les automobilistes intègrent ces changements. Dès les premiers jours suivant la mise en fonction de la smartroad d'Oss, les réseaux sociaux et des médias néerlandais signalaient des cas d'automobilistes ayant éteint leurs phares pour admirer ces lignes de signalisation éclairantes. En pleine nuit sans lumière sur l'autoroute: voilà un comportement qui ne rime pas avec route intelligente...

 

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."