Bilan

Les projets de David Marcus pour Facebook Messenger

Transfert d'argent, vidéo, usages professionnels: le service Messenger de Facebook se développe désormais sous l'impulsion du Genevois David Marcus, ancien CEO de PayPal.

David Marcus est passé de PayPal à Facebook en juin 2014.

Crédits: Image: David Paul Morris/Bloomberg

Quitter la direction d'un géant mondial du paiement en ligne pour devenir l'adjoint de Mark Zuckerberg en charge d'un service de messagerie: le pari de David Marcus pouvait ressembler à une gageure à l'été 2014. Un peu plus de neuf mois plus tard, le Genevois établi dans la Silicon Valley semble avoir relevé un premier défi: relancer Facebook Messenger.

Simple service d'échange de messages instantanés jusqu'à 2014, Facebook Messenger est devenu en quelques mois une offre à part entière. Dans un permier temps, Mark Zuckerberg et son équipe ont décidé de dissocier le réseau social de la messagerie, obligeant les millions d'utilisateurs à télécharger l'app Facebook Messenger pour continuer à dialoguer avec leurs contacts.

En annonçant son départ de PayPal pour Facebook, David Marcus se montrait ambitieux: «Je suis impatient de remettre les mains dans le cambouis pour essayer de construire quelque chose de neuf et d'important», déclarait-il sur sa page LinkedIn. Une ambition qui suscitait des doutes: cinq mois après le rachat de WhatsApp pour 20 milliards de dollars, nombre d'observateurs voyaient Facebook abandonner sa messagerie pour se focaliser sur le nouveau joyau de famille.

Pourtant, treize mois après le rachat de WhatsApp et malgré l'intégration de son fondateur Jan Koum au sein du conseil d'administration de Facebook, la messagerie «maison» semble avoir davantage évolué que celle pour laquelle Mark Zuckerberg avait signé un chèque record. Une série de nouvelles fonctionnalités ont été ajoutées et de nombreux projets innovants sont dans les cartons.

La volonté est aisément compréhensible. Alors que Facebook, pour des raisons politiques mais aussi culturelles, a du mal à pénétrer certains marchés asiatiques (Chine, Corée, Japon, Thaïlande), d'autres systèmes y sont nés et ont conquis rapidement une très importante clientèle: WeChat et LINE voient chaque jour des millions d'utilisateurs échanger messages, photos, vidéos et discussions en vidéo live

Dès lors, une réaction s'imposait: il fallait soit miser sur WhatsApp et abandonner Facebook Messenger (Google abandonne régulièrement certains services qui n'ont pas rencontré le succès escompté), soit laisser WhatsApp vivre sa vie et redynamiser Facebook Messenger. Avec la nomination d'un poids lourd comme David Marcus, c'est clairement cette option qui a été choisie. Et le nouveau responsable a rapidement mis en place de nouveaux services.

L'une des dernières nouveautés n'a pas été si éloignée du business précédent du Genevois: le transfert d'argent. En choisissant le pictogramme $ au bas de l'écran tactile, l'utilisateur peut effectuer un transfert d'argent rapide, facile, sans prélèvement de commission. Il suffit pour cela d'avoir enregistré sa carte de crédit au préalable. Du côté de la sécurisation des données, Facebook assure que le système d'encryption est au moins aussi performant que celui utilisé par les banques pour les transferts d'argent, et que l'utilisateur peut ajouter un code ou un ToucheID (empreinte digitale) pour sécuriser au maximum les opérations.

Cette nouvelle fonctionnalité permet à Facebook Messenger de rejoindre d'autres acteurs du transfert de fonds dans l'univers high-tech: Google, PayPal, Snapchat,... 

 

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."