Bilan

Les nouveaux modèles d’affaires de la «privacy»

Plusieurs start-up suisses font de la protection de la vie privée une expérience utilisateur attrayante.

Des données désormais protégées grâce à quelques start-up bien inspirées.

Crédits: Dr

Depuis de nombreuses années, on répète que les lois helvétiques sur la protection de la vie privée sont un atout dans la nouvelle économie numérique. Les révélations de l’affaire Snowden sur la surveillance des données personnelles, l’arrivée des objets connectés et du soi quantifié et les applications pour smartphone qui nous géolocalisent à tout instant ont rendu la question tangible pour un large public.

Reste qu’à l’exception de la transformation de quelques bunkers de l’armée en data centers, le business suisse de la protection de la vie privée et des données demeurait abstrait pour l’utilisateur lambda. C’est ce qu’a décidé de changer une poignée de start-up.

Privately dans le contrôle d’accès aux données que l’on publie sur les réseaux sociaux, Pryv pour celui des données médicales, Threema avec sa messagerie instantanée encryptée et ProtonMail avec ses e-mails entièrement sécurisés donnent aux utilisateurs des moyens simples et efficaces de protéger leurs données personnelles des grandes oreilles de la NSA comme de Google et consorts. En substance, non seulement elles conservent les données sur des serveurs basés en Suisse mais elles démocratisent des outils sophistiqués d’encryptions. Ils sont invisibles dans l’expérience utilisateur.  

Naissance d’un cluster

Spin-off du groupe Kudelski, Privately vient ainsi de lancer une application qui rend les données (les photos, par exemple) publiées sur Facebook et Twitter accessibles uniquement à des destinataires et pour des durées choisis. Il suffit de les télécharger sur l’app qui les publie ensuite sur les réseaux sociaux avec ces paramètres. La lausannoise Pryv commercialise, elle, sa technologie certifiée en marque blanche pour des partenaires dans le domaine de la santé.

A l’instar de Domosafety, ils en font une fonctionnalité de leurs produits. Threema, de son côté, fait un carton en Allemagne avec une messagerie de type WhatsApp entièrement encryptée et utilisée par 3,2  millions de personnes. La genevoise ProtonMail s’apprête à lancer sa boîte mail, elle aussi encryptée, après avoir attiré plus de 300 000 utilisateurs pour la version test. Grâce à une prise en compte soignée de l’expérience utilisateur, ces entreprises concrétisent les promesses d’un cluster helvétique dans la «privacy». 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."