Bilan

Les grands médias dominent le digital

Une conférence de Romandie Network a permis de connaître les stratégies du Groupe Figaro, CNNMoney Switzerland, Altice Media et Dailymotion.

BFMTV utilise le «LiveStitching»: des pubs adressées spécifiquement à chaque internaute.

Crédits: Dr

Mardi 6 mars à Genève, quelques grands médias étaient réunis lors d’une conférence de Romandie Network, première régie publicitaire online de Suisse romande. Au menu: les stratégies digitales et commerciales de ces médias. 

La news reste reine

Premier constat: que ce soit pour CNNMoney Switzerland, Altice Media (BFM, L’Express, Libération) ou Le Figaro, l’actualité reste le domaine roi en termes d’audience, et doit être solide et hautement journalistique. «L’info, c’est le cœur d’Altice et de Next. Nous avons 3 millions de visiteurs uniques par jour uniquement pour l’offre news; le cœur du réacteur se joue sur cette partie-là», confirme Pegah Mofidi, spécialiste digitale chez Altice Media. 

«Il n’y a que les grands médias qui peuvent se permettre de proposer le contenu news de qualité, de grands reportages, car ce contenu a un coût. Les pure players digitaux ne savent pas l’adresser», ajoute Alexis Marcombe, directeur général délégué de MEDIA.figaro.

Formats précurseurs

Deuxième constat: les grands médias, dont les investissements technologiques peuvent être massifs à l’instar du Groupe Figaro, qui emploie 400 personnes à l’informatique, ont la plus grande force
de frappe digitale. Ces mêmes groupes s’avèrent aussi innovants lorsqu’il s’agit de concevoir de nouveaux formats publicitaires. 

Ainsi, la puissance d’Altice, qui a racheté BFMTV il y a quelques mois, dans le secteur de la vidéo avec 200 millions de vues par mois, permet de déployer le «LiveStitching», publicité adressée spécifiquement à un internaute, et différente de celle à laquelle sera exposé son voisin. De même, l’époque est au «content marketing» et au storytelling. BFMTV propose aux annonceurs tels que Renault des webséries mettant en scène des présentateurs et acteurs célèbres.

Dailymotion, qui appartient à Vivendi, perfectionne les techniques de «reach» de ses vidéos, telles que les algorithmes de recommandation permettant de toucher la plus large audience possible (y compris les «non-exposés TV») pour maximiser les vues pour les annonceurs. Le Figaro propose aux marques de créer de nouveaux contrats de lecture plein écran avec ses audiences, en combinant une multitude de briques publicitaires inter-actives (image, vidéo, panorama, diaporama). Autant de formats précurseurs.  

Zaki Myret
Myret Zaki

RÉDACTRICE EN CHEF DE BILAN de 2014 à 2019

Lui écrire

En 1997, Myret Zaki fait ses débuts dans la banque privée genevoise Lombard Odier Darier Hentsch & Cie. Puis, dès 2001, elle dirige les pages et suppléments financiers du quotidien Le Temps. En octobre 2008, elle publie son premier ouvrage, "UBS, les dessous d'un scandale", qui raconte comment la banque suisse est mise en difficulté par les autorités américaines dans plusieurs affaires d'évasion fiscale aux États-Unis et surtout par la crise des subprimes. Elle obtient le prix de Journaliste Suisse 2008 de Schweizer Journalist. En janvier 2010, Myret devient rédactrice en chef adjointe du magazine Bilan. Cette année-là, elle publie "Le Secret bancaire est mort, vive l'évasion fiscale" où elle expose la guerre économique qui a mené la Suisse à abandonner son secret bancaire. En 2011, elle publie "La fin du dollar" qui prédit la fin de la monnaie américaine à cause de sa dévaluation prolongée et de la dérive monétaire de la Réserve fédérale. En 2014, Myret est nommée rédactrice en chef de Bilan. Elle quitte ce poste en mai 2019.

Du même auteur:

L'INSEAD délivre 40% de MBA en Asie
La bombe de la dette sera-t-elle désamorcée ?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."