Bilan

Les grandes banques adoptent le logiciel du bitcoin

Neuf des plus grandes banques du monde forment une alliance pour déployer la technologie de transactions blockchain qui sous-tend les crypto-monnaies.

Les banques veulent appliquer la technologie de registres décentralisées blockchain à d'autres produitsb financiers que le bitcoin. 

Crédits: DR

Barclays, BBVA, Commonwealth Bank of Australia, JPMorgan, State Street, Royal Bank of Scotland, Goldman Sachs ainsi qu’UBS et Credit Suisse viennent de former une alliance pour exploiter la technologie blockchain qui a rendu possible le bitcoin, mais offre bien d’autres possibilités. Certains analystes parlent même de la plus grande révolution dans le domaine bancaire, depuis l’introduction de la comptabilité en partie double codifiée par le père franciscain Luca Pacioli à la fin du XV ème siècle !

Le logiciel de blockchain, qui par construction sait toujours qui possède quoi et qui peut payer quoi ,rend superflu une bonne partie des tâches de back office et des intermédiaires de type Clearstream. C’est synonyme d’énormes économies d’échelle. Une étude, co-signée par Santander et le groupe de capital-risque genevois spécialisé Anthemis, estime les économies à 20 milliards de dollars par an pour les banques rien que sur les paiements transfrontières. Les banques veulent donc vérifier si ce système plus rapide et plus sûr peut être adapté à d’autres produits financiers que le bitcoin et les monnaies cryptées.

La fin de la bureaucratie bancaire

L’alliance de neuf d’entre elles autour de la technologie blockchain développée par la start-up R3 rend cette possibilité toujours plus tangible. Un certain nombre de banques comme Barclays et Santander avaient déjà commencé à expérimenter individuellement les usages de blockchain. Citigroup, le Nasdaq et Capital One ont aussi investi dans la start-up spécialisée Chain.

En avril dernier, UBS a même ouvert un laboratoire dédié à ces recherches à Londres. Les lecteurs de Bilan en découvriront en exclusivité les premières expérimentations dans le numéro en kiosque le 30 septembre prochain. Le fait que les grandes banques s’allient maintenant pour rendre interopérables des marchés construits sur blockchain rend, en effet, probable l’adoption massive de cette technologie à un horizon de deux à trois ans. 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."