Bilan

Les étonnants locaux de Google à Zurich

Dans ses bureaux zurichois, Google a conservé l'ambiance startup avec des atmosphères décontractées et décalées pour que ses équipes bénéficient d'un environnement de travail agréable.
  • Pour se relaxer, rien de tel qu'un bain dans une pièce où la seule lumière vient d'une série d'aquariums muraux.

    Crédits: Image: DR
  • Dès l'accueil, le ton est donné avec des poufs et une atmosphère très colorée.

    Crédits: Image: DR
  • Pour les projections et présentations, une salle où chaque fauteuil est unique.

    Crédits: Image: Keystone
  • Au diable les murs blancs, place aux ambiances comme cette paroi qui reprend les images d'un escalator du métro.

    Crédits: Image: Keystone
  • Par contre, mieux vaut ne pas tenter d'emprunter l'escalier roulant sous peine de heurter le mur.

    Crédits: Image: Keystone
  • Tout le monde semble trouver son compte dans ces locaux, bipèdes ou quadrupèdes...

    Crédits: Image: Keystone
  • Entre moquette aux circuits imprimés et parois de contreplaqué façon caisse d'expédition, les univers se mélangent.

    Crédits: Image: Keystone
  • Ne jamais se prendre trop au sérieux avec des murs blancs et sans ambiance: cela semble être le credo de Google et de Camenzind Evolution.

    Crédits: Image: Keystone
  • Graffitis et briques vernissées pour créer des ambiances chez Google à Zurich.

    Crédits: Image: Keystone
  • Etonnament, la terrasse est sans doute l'un des lieux les plus traditionnels du site.

    Crédits: Image: DR
  • A proximité de la terrasse passent tramways et trains régionaux.

    Crédits: Image: DR
  • Dans cet univers de geeks, les références sont légion.

    Crédits: Image: DR
  • Ambiance de vaisseau spatial dans certaines coursives.

    Crédits: Image: DR
  • Canapés et palettes de bois voisinnent dans les salles communes de ce mini-campus zurichois.

    Crédits: Image: DR
  • Dépaysement garanti dans cette jungle luxuriante.

    Crédits: Image: DR
  • Plus traditionnelle, cette bibliothèque à l'ancienne permet à la fois de se ressourcer mais aussi de tenir de petites réunions dans une ambiance feutrée.

    Crédits: Image: DR
  • La touche helvétique du site: ces télécabines redécorées qui permettent de s'isoler ou d'avoir des entretiens discrets à deux ou trois.

    Crédits: Image: DR
  • Même dans les espaces de bureaux, la touche décalée n'est pas oubliée.

    Crédits: Image: DR
  • Pour des présentations en petit comité, cette salle où le divan est en fait une barque basculée et rembourrée de coussins.

    Crédits: Image: DR
  • Pour les fins de journée décontractées ou les mélomanes en mal de scène, une salle de concert est aménagée.

    Crédits: Image: DR
  • Les amateurs de sports collectifs, eux, on un petit terrain de basket pour s'exercer aux dunks et autres lancers-francs.

    Crédits: Image: DR
  • Détente toujours mais avec billard, babyfoot et autres jeux de table.

    Crédits: Image: DR
  • Pour ceux qui souhaiteraient progresser dans l'entretien physique de leur organisme, un coach accueille les volontaires dans une salle de fitness.

    Crédits: Image: DR
  • Apprendre, rechercher et travailler en s'amusant dans des espaces ludiques: le mot d'ordre est clair.

    Crédits: Image: DR
  • Plusieurs manières d'afficher et d'affirmer son identité.

    Crédits: Image: DR
  • Plusieurs manières d'afficher et d'affirmer son identité.

    Crédits: Image: DR
  • Pour descendre au plus vite, rien de tel que ce mât de pompiers.

    Crédits: Image: DR
  • Autre solution pour descendre rapidement: le toboggan qui mène au restaurant d'entreprise.

    Crédits: Image: DR

Difficile de se croire dans les bureaux d'une des multinationales les plus puissantes au monde quand on pénètre dans les locaux de Google à Zurich, sur la Hürlimann Areal. Ambiances de métro avec des briques vernies, jungles luxuriantes, paroi de contreplaqué façon colis d'expédition, graffitis et salles de jeux: l'enfilade de pièces ne laisse pas de répit au visiteur qui passe d'une atmosphère à l'autre.

L'histoire des bureaux d'entreprise a connu l'ère des espaces individualisés, puis de l'open space. Avec l'irruption des startups, une troisième phase a émergé: les espaces ludiques. Car ici, les collaborateurs du géant californien ne peuvent pas ressentir la monotonie des bureaux: en quelques pas, ils passent d'un banc glissé entre deux palmiers au confort très helvétique d'une télécabine de ski. Autant d'espaces pour échanger, se réunir, travailler en paix sans se sentir au travail.

Salle de fitness ou de concert, toboggans et mât de pompier

Et tout n'est pas uniquement focalisé sur le travail: les salariés peuvent aller transpirer dans une salle de fitness où un coach va les accueillir et les conseiller, écouter un concert dans un petit café tout droit sorti de Manhattan, s'isoler au calme dans une baignoire (sans eau) placée au centre d'une pièce où l'obscurité n'est percée que par les lumières mouvantes des éclairages d'un aquarium mural.

Ceci sans compter l'agréable terrasse qui permet de s'aérer l'esprit, même si les rails voisins rappellent que l'on se trouve dans un environnement urbain où tramways et trains de banlieue transitent régulièrement. Déplacements d'ailleurs: ils ont été repensés jusque dans le bâtiment. Il y a certes des ascenseurs et des escaliers. Mais c'est tellement plus ludique de descendre d'un étage à la manière d'un pompier en se tenant à un mât ou comme un enfant sur un toboggan en spirale.

Des architectes de Zurich

Ces étonnants locaux, où le concept de l'aménagement à la sauce startup (table de ping-pong, billard,...) a été poussé à son paroxysme, sont sortis des cerveaux des architectes de Camenzind Evolution, un bureau d'architecte zurichois qui repousse les conventions et essaie de surprendre ses clients. Avec Google, les esprits des archis ont été stimulés et le résultat est coloré, bigarré, chamarré et surprenant.

Certes, le travail reste au coeur de l'aménagement des lieux: bureaux, bibliothèques à l'ancienne transformées en salles de réunion, espaces pour des projections avec autant de fauteuils différents qu'il y a de spectateurs. Mais toujours sous un jour ludique. Ainsi, pas question de s'installer à table ou sur une chaise inconfortable pour suivre l'exposé d'un collègue: une barque basculée et emplie de coussins accueille celui qui veut se concentrer sur la présentation sans renoncer à la douceur d'un fauteuil ou d'un canapé.

Plus de 1100 Zooglers

Car Google veut les soigner, ses Zooglers (contraction de Googlers, les employés du géant, et de Zurich): de 800 depuis le milieu des années 2000, ils sont passés à 1100 depuis 2011. Dans ce centre de recherche, les ingénieurs travaillent sur des dossiers stratégiques pour la firme: recherche Google, Google Maps, Gmail et YouTube. Géolocalisation et cartes interactives figurent notamment parmi les domaines d'excellence qui font du site suisse un pion incontournable sur l'échiquier mondial de Google.

Mais Google ne se contente pas de déléguer des compétences à ses centres de recherche. La direction du groupe tient également compte des spécificités locales pour encourager la recherche. Ainsi, contrairement aux centres américains et asiatiques, Zurich se distingue par son ouverture sur les transports en commun et le vélo. Des outils de navigation en lien avec les déplacements à bicyclette ont donc été imaginés et développés ici.

Si une partie de la main-d'oeuvre a été recrutée localement, de nombreuses nationalités se concentrent sur ce mini campus. Et très souvent il s'agit de jeunes hautement qualifiés (un tiers du personnel est titulaire d'un PhD au moins). C'est dans ce cadre que la direction a voulu choyer ses employés avec des locaux qui sortent de l'ordinaire: pas question de laisser d'autres multinationales séduire ses petits génies: il faut les séduire et les conserver. Et dans ce domaine-là, Google sait y faire: le magazine Fortune a plusieurs fois cité le géant californien parmi les meilleurs employeurs. Avec de tels locaux, c'est bien parti pour rester le cas.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."