Votre navigateur est obsolète. Veuillez le mettre à jour avec la dernière version ou passer à un autre navigateur comme ChromeSafariFirefox ou Edge pour éviter les failles de sécurité et garantir les meilleures performances possibles.

Passer au contenu principal

Les dessous de l'expédition martienne d'Elon Musk

Pour Musk, coloniser Mars est un moyen d’assurer la pérennité de l’humanité,  face à une éventuelle catastrophe, ou à sa fin programmée sur terre, comme il l’expliquait à la revue Aeon en septembre 2014. Autrement dit, Musk n’a pas l’intention, comme d’autres acteurs du domaine, à s’en tenir à des vols « touristiques », sans atterrissage.
Après trois échecs entre 2006 et 2008, Space X enregistre son premier lancement avec succès en septembre 2008, avec Falcon 1. Depuis, elle son lanceur moyen Falcon 9 a ravitaillé cinq fois la station spatiale internationale grâce au cargo spatial Space X Dragon.
Richard Heidmann a fondé l'Association Planète Mars et rédigé deux ouvrages, dont l'un en collaboration avec plusieurs auteurs, qui étudient les différents projets d'exploration de la planète Mars.
1 / 9

Il sera « récupérable ».

Ce sera un mono-vaisseau

Il utilisera un moteur Raptor, fonctionnant à l’oxygène et au méthane.

Son lanceur sera monumental