Bilan

Les Romands à l’assaut de la Chine

Dix startups ont été sélectionnées pour se présenter aux investisseurs chinois, à travers Venture Leaders. Parmi elles: quatre jeunes pousses romandes.

La ville de Dalian est l'une des étapes de ce programme Venture Leaders China.

Crédits: DR

Les entrepreneurs suisse ont pour tâche de convaincre les investisseurs de Shangaï, Hong Kong, Shenzhen, Dalian et Beijing. Une dizaine de startups participe au programme Venture Leaders.

L’équipe nationale suisse qui s’aventurera en Chine compte notamment quatre Romands. Lymphatica, Flybotix, Tomplay et Touchless Automation. Tous iront défendre leur produit devant des investisseurs provenant des plus grandes vills chinoises. Ils entament leur tournée le 24 juin et repartiront le 4 juillet.

Une opportunité à saisir

Le défi est de taille pour les startups qui participent à la tournée en Chine. «Venture Leader Chine est une excellente chance d’explorer les opportunités du marché chinois des dispositifs médicaux: un espace d’affaires extrêmement attrayant et complexe.» note Marco Pisano. Le CEO de Lymphatica travaille avec son équipe sur un système de cathéter/micropompe. «En tant que société de R&D, Lymphatica a également besoin d’investissements importants. Les investisseurs chinois sont actuellement très actifs dans ce sens.» ajoute-t-il.

En plus de financements éventuels, les startups romandes cherchent à s’améliorer dans le processus de pitch. «Nous y allons pour consolider notre business case avec des conseils d'experts et d'investisseurs lors des séances de pitch» affirme Samir Bouabdallah, CEO de Flybotix. La jeune société évolue dans le secteur des drones professionnels. Elle vise le marché des drones d’inspection avec des applications dans l’énergie et la sécurité.

D’autres industries sont en plein essor en Chine, notamment celle du micro-assemblage. Les Biennois de Touchless Automation ont mis au point une technologie qui permet de manipuler des composants sans les toucher. Là encore, aller prendre la température en Chine est une décision logique. «Le marché chinois est un must pour nous. Dans notre segment, la Chine est le leader incontesté, la plus grande partie de la production mondiale y étant réalisée. En outre, leur plan stratégique «Chine 2025» investit fortement dans des technologies qui bénéficieraient grandement de notre expertise.» explique Maurizio Migliore.

Le marché chinois: différent en structure et en culture

Les Vaudois de Tomplay ont eux aussi décroché leur ticket pour présenter leur produit en Chine. Il s’agit d’une application qui permet aux musiciens de jouer avec d’autres «comme dans une salle de concert». Actuellement, TomPlay dénombre 400’000 utilisateurs, mais vise bien davantage avec cette opportunité chinoise.

«La Chine est pour Tomplay un marché avec un énorme potentiel pour deux raisons. La première est le nombre d’habitant en Chine et donc le nombre d’utilisateurs potentiels. La deuxième est que l’apprentissage d’un instrument est très important dans la culture asiatique et chinoise.» lance Alexis Steinmann, cofondateur de la startup.

En recherche de sommes

Chacune des quatre startups romandes effectuant le déplacement en Chine est en quête de financement. Lymphatica entend récolter 2,5 millions de francs au cours des son tour de financement, Flybotix recherche entre 0,7 et un million, TomPlay annonce sa prochaine levée de fonds pour 2020 et Touchless Automation vise surtout des objectifs de croissance. En particulier dans les industries des semi-conducteurs et de la photonique.

Maurizio Miglione est clair: «Notre prochain objectif est d’établir une présence plus forte dans le monde entier et de croître. La vision à long terme consiste à appliquer nos technologies à potentiellement tous les autres marchés traitant du micro assemblage.»

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."