Bilan

Le World VR Forum exporte l'excellence suisse en Asie

Après le succès du premier rendez-vous consacré à la réalité virtuelle à Crans-Montana en mai, l'équipe du World VR Forum prépare la deuxième édition pour le printemps 2017. Et parcourt le monde pour promouvoir le savoir-faire suisse. Avec un écho très favorable en Asie notamment.
  • Salar Shahna, directeur créatif du World VR Forum, joue les VRP de luxe en Asie et en Amérique du Nord notamment.

    Crédits: Image: DR
  • La Chine est un marché particulièrement friand de contenus en réalité virtuelle mais il manque des talents créatifs.

    Crédits: Image: DR
  • Les équipes du World VR Forum ont présenté leur travail sur la scène du VR Summit du Shanghai International Film Festival.

    Crédits: Image: DR
  • En Asie, le concept de VR menu a été testé pour la première fois.

    Crédits: Image: DR
  • Pour le VR menu, l'idée est simple: le visiteur s'installe à table, choisit sur un menu le contenu VR qu'il désire et un serveur lui amène le casque avec le contenu programmé.

    Crédits: Image: DR

Bangalore, Shanghai, Pékin, Xi'an, La Rochelle, Bangkok, Toronto, San Francisco,... Ce tour du monde a débuté en Valais, à Cran-Montana, au printemps dernier. Le succès de la première édition du World VR Forum a poussé ses organisateurs, Salar Shahna et Delphine Seitiee, à s'élancer à l'assaut du monde pour découvrir ce qui se fait de mieux dans le domaine, mais aussi promouvoir les compétences suisses en la matière. Pour le directeur créatif et la directrice exécutive, «la Suisse a une vraie carte à jouer, avec des initiatives et des studios qui ont réussi à sortir des contenus très aboutis ou au moins très prometteurs».

Lire aussi: La réalité virtuelle fait son show à Crans-Montana

Il est vrai que les projets suisses cartonnent dans le domaine de la réalité virtuelle. Le simulateur de vol d'oiseau Birdly a rencontré un succès phénoménal. Le jeu vidéo Anshar Wars développé par les Lausannois d'Ozwe Games fait partie des rares jeux promus par Samsung et par Oculus pour leurs casques VR. Les contenus mis au point par Apelab trustent les prix dans tous les festivals, et Sequenced, son projet phare a été traduit en Chinois par Youku. Les Genevois d'Artanim figurent parmi ceux qui arrivent le mieux à capter le mouvement de plusieurs personnes et à les intégrer dans un même univers interactif.

La Chine recherche des créatifs

«La Suisse peut affirmer son excellence dans les domaines de la réalité virtuelle et de la réalité augmentée, où tout est à créer, à imaginer, à développer, à concevoir, et avec moins de moyens financiers requis pour toucher des millions de personnes... et là, la Suisse regorge de talents et de startups qui se sont lancés dans ce secteur et ont mis au point des contenus passionnants», explique Delphine Seitiee. Un foisonnement qui a encore trouvé une nouvelle fenêtre d'exposition à l'occasion du dernier Festival de Cannes, avec le Festival Tous Ecrans, avec l'appui de Pro Helvetia et Engagement Migros, lors de l'opération Beyond Cinéma.

Lire aussi: Ces start-up suisses qui inventent le cinéma de demain

Et l'une des forces principales de la Suisse réside dans la créativité des concepteurs de contenus. «En Chine, il y a de nombreuses personnes qui font de la VR mais il manque des forces dans la finition créative», constate Delphine Seitiee. Et les besoins sont d'autant plus importants que «la Chine est un marché à part car les stores en ligne ne sont pas ouverts comme ailleurs (à part pour Apple)», selon Salar Shahna. C'est ainsi que, tout au long de l'été, il a multiplié les interventions dans différents rendez-vous en Chine: festivals et forums à Shanghai, Xi'an, Pékin,... toutes les occasions sont bonnes pour observer le marché mais aussi présenter les pépites suisses. Un partenariat a été conclu avec le cluster chinois TCDIC, qui permet au World VR Forum d'être co-organisateur de deux événements à Xi'an, le Xi'an Cube, et à Shanghai, le NabShow Shanghai.

Au-delà de la Chine, c'est toute l'Asie qui se positionne en pointe dans ces technologies. Bangalore et Bangkok figurent au programme de Salar Shahna. Et de l'autre côté du Pacifique, les Etats-Unis restent un pôle majeur des développements de la technologie. La patrie d'Oculus ne compte pas renoncer à son rôle moteur. «Et c'est bien entre ces deux pôles que l'Europe a une carte à jouer, et la Suisse en particulier», assure Salar Shahna.

Car il est essentiel de conserver ce dynamisme: «Un trend comme la réalité virtuelle deviendra mainstream d'ici deux ou trois ans. C'est dès maintenant qu'il faut se positionner, sinon on risque d'arriver quand l'effet sera retombé, les positions installées. Et en Suisse, pour que notre palette soit complète, il nous manque le marché de la VR vidéo, la vidéo 360», constate Delphine Seitiee.

L'édition 2017 du World VR Forum se prépare

A côté de cette tournée mondiale des événements de la branche, l'édition 2017 se prépare aussi tout doucement. Notamment en s'inspirant de ce que Salar Shahna et Delphine Seitiee observent dans les autres grands rendez-vous. C'est ainsi que le concept de "VR Menu", expérimenté pour la première fois à Shanghai, a séduit les deux ambassadeurs suisses de la VR: «Les visiteurs du salon s'installent dans un fauteuil, comme dans un café ils reçoivent un menu avec une série d'expériences à vivre, et quand ils ont fait leur choix, un "serveur" leur ramène un casque de réalité virtuelle avec le contenu choisi. Cela permet de proposer un grand nombre d'expériences sans que le visiteur ait à se déplacer de stand en stand et subir la file d'attente autour de lui», détaille Delphine Seitiee.

Autre objectif pour l'avenir du World VR Forum de Crans-Montana: amener sur place les élèves d'une école suisse et organiser un direct grâce à ces technologies avec les élèves d'une école sur un autre continent. Car Salar Shahna et Delphine Seitiee en sont convaincus: «La VR déclinée en jeu vidéo attire beaucoup de monde, mais cet univers est immensément plus riche et varié: il faut pousser la VR dans le domaine de l'éducation, de la santé, des services,...».

Pas question toutefois de renoncer aux espaces dévolus aménagés au centre de congrès Le Régent de Crans-Montana lors de la première édition: «Nous voulons continuer avec des expériences présentées en première européenne voire mondiale, et des salles réservées pour rendre l'expérience utilisateur unique», promettent le directeur créatif et la directrice exécutive. L'innovation majeure de la deuxième édition devrait consister en un marché de la VR, qui prendra place sur les terrains de tennis jouxtant le centre de congrès.

Lire aussi: La réalité virtuelle, avenir de la téléphonie mobile

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."