Bilan

Le web au service des artisans du cinéma

De la rencontre entre un banquier et un réalisateur est née la plateforme E-Moovie, qui permet à des investisseurs passionnés de devenir coproducteur.

«Vape Wave», réalisé par Jan Kounen, est financé via E-Moovie.

Crédits: Charlie Marange

Il y a deux ans, Marc Obéron, producteur et réalisateur franco-suisse et moi-même échangions autour d’un verre sur nos activités respectives. Lui cinéaste, moi banquier ne manquions pas d’anecdotes illustrant les nombreux écueils à surmonter au quotidien. Il me décrivit le désarroi de nombreux réalisateurs, reconnus face à la recherche de financement. «Beaucoup passent plus de temps à chercher de l’argent qu’à réaliser des films», me disait-il en déplorant un certain archaïsme dans l’industrie du cinéma, en France, mais aussi aux Etats-Unis.

De mon côté, afin d’illustrer l’absurdité de la situation et pour faire le lien avec mon métier, je lui relatai les propos récurrents de mes confrères gérants de fortune. Ceux-ci étaient en quelque sorte en mal d’inspiration. Ils cherchaient en vain de nouveaux types de placements, moins opaques, plus «émotionnels», dans lesquels les investisseurs pourraient se reconnaître. Après avoir diversifié leurs placements dans l’immobilier et les fonds de private equity, c’était la panne! Il suffisait de constater les importantes liquidités laissées en comptes par les gérants de fortune, alors même que cette épargne n’était pas rémunérée.

Sur la base de ce constat, Marc et moi sommes mis en tête de faire se rencontrer ces deux univers qui, chacun, peut-être, détenait une solution pour l’autre.Un petit groupe de travail informel s’est donc constitué pour décomposer, étape par étape, le processus de fabrication d’un long-métrage, du scénario original à la distribution du film.

Puis nous avons imaginé une plateforme internet construite sous forme de réseau social spécialisé dont l’objectif serait d’intégrer toutes les étapes mentionnées plus haut, le tout sans intermédiaire. Objectif: raccourcir le temps de recherche des fonds et de fabrication du film puis le distribuer en ligne. Résultat escompté: réduire les coûts de 25 à 30% et augmenter d’autant le potentiel de profit des investisseurs souvent mal rétribués dans cette industrie.

E-Moovie.com, société suisse basée dans le canton de Genève, est donc née de cette idée que cinéastes confirmés, investisseurs avertis et spectateurs pouvaient
se retrouver sur un même espace pour partager leur passion.

Evidemment, le site n’entend pas s’attaquer à l’industrie du cinéma, mais plutôt à l’une de ses niches. Plus concrètement, E-Moovie cible les fictions ou documentaires-fictions de 90 minutes consacrés à des sujets de société susceptibles d’intéresser un très large public international et dont le coût de fabrication se situe entre 1 et 2 millions d’euros. Chaque E-Moovie Angel (coproducteur) peut ensuite accompagner la fabrication de l’œuvre, voire y participer. 

Deux films en cours de réalisation

A ce jour, deux films sont en cours de réalisation, l’un consacré à la cigarette électronique sous la direction de Jan Kounen (Doberman, 99 francs) et l’autre dirigé par Leila Conners (La 11e heure) avec Mikhaïl Gorbatchev.

Une fois de plus, ce sont les clients ou plus exactement les spectateurs qui, en 2016, nous diront si nous avons eu raison de bousculer les règles bien établies d’une industrie qui, au fond, préfère se qualifier d’artisanat.

* Cofondateur d’E-Moovie avec Mélanie Berkovits Previ et Marc Obéron 

Olivier Collombin*

Aucun titre

Lui écrire

Aucune biographie

Du même auteur:

Le grand malentendu
Et si vous ne veniez plus travailler?

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."