Bilan

Le vélo électrique du XXIe siècle

Le fabricant bernois Stromer a développé un deux-roues connecté aussi malin que votre smartphone grâce à la technologie M2M (Machine to Machine).
  • Le vélo est connecté à Internet via une carte SIM intégrée au cadre.

    Crédits: Dr
  • Dominic Isenschmid, directeur produit chez Stromer.

     

    Crédits: Dr

C’est un vélo qui pourrait sortir du film Matrix. Lancé en 2014, le Stromer ST2 est le premier vélo connecté du monde. Ce deux-roues d’avant-garde est le fruit d’une collaboration entre le spécialiste bernois du vélo électrique Stromer et Swisscom. Derrière cette bicyclette de luxe, trois ans de recherche, le travail de 80 personnes, des centaines d’études tests et la collaboration avec trois universités.

Le véhicule a été conçu pour atteindre la meilleure performance grâce à une batterie aux calibrages de taille, poids et puissance optimisés. Un petit écran tactile permet de verrouiller la machine ainsi que de modifier l’intensité de la propulsion électrique. Bien sûr, il n’est pas donné: 6690 fr. pour un modèle d’entrée de gamme.

Directeur produit chez Stromer, Dominic Isenschmid souhaitait avant tout pouvoir protéger le deux-roues contre le vol. Pour atteindre cet objectif, le vélo a été connecté au réseau internet par l’intermédiaire d’une carte SIM M2M intégrée au cadre. Cette puce autorise la localisation du Stromer ST2 en tout temps. Le propriétaire du vélo peut aussi communiquer avec son deux-roues à distance afin d’effectuer des réglages, consulter l’état de la batterie ou encore activer la protection contre le vol.

Couplée à une application pour smartphone (disponible sur iOS et Android), la carte SIM communique des informations sur les distances effectuées, les efforts fournis, le parcours sur une carte. Le nec plus ultra: une prise USB qui permet de recharger son smarphone en pédalant.

Le développement du Stromer ST2 s’inscrit dans un domaine nommé M2M, soit Machine to Machine, une notion déjà populaire sous l’appellation d’internet des objets. Très actif dans cette discipline, le centre de compétences M2M de Swisscom sert déjà des centaines de clients. Directeur des ventes M2M Services Mobiles chez Swisscom, Thierry Kunstmann déclare: «Vous utilisez des prestations M2M lorsque vous payez avec une carte de crédit dans les taxis genevois ou quand vous utilisez les bornes interactives des automates des Transports Publics Fribourgeois. Si vous avez installé chez vous un système d’alarme, il y a aussi de fortes chances que ce soit une solution Swisscom M2M qui permette de relier votre système à la centrale.»

Des applications pour la restauration

Les plus gros gains de productivité autorisés par les technologies M2M s’appliquent au monde des machines. Le brasseur Feldschlösschen, par exemple, est en contact avec ses 300 plus gros clients par ce biais. Dans les restaurants, les puces Swisscom mesurent en permanence la quantité de liquide dans les fûts, la pression, la température et les commandes partent automatiquement.

Swisscom nourrit de grandes ambitions dans l’univers de l’internet des objets. Thierry Kunstmann dévoile: «Nous avons lancé en mars un Low Power Network (LPN) qui va compléter l’offre de la carte SIM. Le LPN permet  de connecter une quantité encore plus importante d’objets entre eux grâce à un réseau spécifiquement dédié. Ce dispositif est actuellement testé par un grand nombre de clients, comme l’aéroport de Genève. Des prototypes de la société Feedback permettent au visiteur d’indiquer son degré de satisfaction en appuyant sur une icône symbolisant un petit visage. Ces appareils sont déjà branchés sur LPN.»  

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."