Bilan

Le retard salutaire du mobile à tout faire

Pendant la bulle Internet, les devinettes sur les revenus futurs de l'e-commerce servaient de jauge à la Bourse des dotcom. Du coup, aujourd'hui, quand Juniper Research pronostique 75 milliards de dollars pour le commerce via le mobile en 2013, on se méfie. D'autant que, en 2000, on nous vendait déjà ce m-commerce comme le «new new thing»...Le plan des fabricantsMais les choses finissent par arriver même si le timing est mauvais. Les ventes par Internet ont généré un chiffre d'affaires de 200 milliards de dollars l'an dernier aux Etats-Unis. Le m-commerce reste dominé par les achats de biens digitaux comme les sonneries, la musique et autres logiciels. Mais à en juger par l'AppStore de l'iPhone d'Apple, qui a passé la barre du milliard de téléchargements en seulement neuf mois d'existence, on ne peut pas parler d'échec. Pour l'achat de biens physiques avec son portable, il faudra cependant attendre un peu. A y regarder de près, tant mieux.Depuis longtemps, l'idée des fabricants de mobiles était d'intégrer nos cartes de crédit, nos porte-monnaie, nos billets d'avion, nos forfaits de ski et même les tickets de cantine des enfants dans les téléphones. Certaines de ces applications existent, mais il faut à chaque fois télécharger un logiciel spécifique pour un service particulier. Pour relier indifféremment les bancomats ou les bornes d'un parking aux portables, les fabricants se sont mis d'accord sur une plate-forme unique de communication en champ proche (near field communication ou NFC). N'émettant qu'à quelques centimètres, elle est réputée sûre. Sa puce dédiée est multifonctionnelle. Elle transforme nos portables en couteaux suisses numériques.Toutefois, l'introduction de cette technologie aurait dû signifier le lancement de nouveaux téléphones NFC. Lors du troisième Sommet européen des développeurs NFC (WIMA 2009), qui s'est tenu fin avril à Monaco, Nokia a présenté le 6216 Classic, le premier portable NFC. Il pourrait s'agir d'un exemplaire unique. Les opérateurs ont, en effet, convaincu les fabricants de mettre cette technologie non pas dans les téléphones mais directement sur les cartes SIM. Cela retarde à 2012 le déploiement de la technologie. Mais ce délai est salutaire pour le consommateur.Quel modèle économique?Une personne qui achètera un abonnement NFC sera libre de l'utiliser avec n'importe quel téléphone. Ensuite, pour rentabiliser cette technologie, les opérateurs en sont réduits à s'allier, comme viennent de le faire Swisscom, Orange et Sunrise. Il faut, en effet, qu'ils montrent à leurs partenaires (vendeurs et banquiers) quelles seront leurs parts du gâteau et trouvent le moyen d'en laisser la cerise au consommateur. Un test auprès de 171 collaborateurs du Credit Suisse et de PostFinance, notamment, vient de prouver l'intérêt des usagers pour les paiements sans contact par téléphone. Ce dernier s'évanouira s'ils ont le sentiment d'être plumés.

LE BILANOMETERLes sites utiles sur le sujetwww.filrfid.org Un site sur les communications à champs proche.www.smartcardstrends.com Un site d'informations sur les paiements électroniques.www.sybase.com/mCommercewhitepaper Le dernier rapport sur le potentiel du commerce mobile.

 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."