Bilan

Le réseau social de l’humanitaire lance un forum à Genève

Horyou, la plateforme qui veut réunir les acteurs mondiaux de la solidarité, poursuit son développement.
  • La plateforme Horyou rassemble des organisations humanitaires et des personnalités, en plus des membres.

  • L'équipe du réseau social Horyou est principalement basée à Genève.

    Crédits: DR
  • Une partie de l'équipe Horyou au Festival de Cannes 2014.

La première édition du Forum de l’innovation sociale et de l’éthique globale (SIGEF) aura lieu au CICG de Genève, du 22 au 24 octobre 2014. D'après son organisateur Horyou, un réseau social genevois qui rassemble les acteurs de l’humanitaire, l'événement sera l’occasion de « lancer des actions efficaces et proposer des solutions innovantes et durables » aux enjeux liés à la solidarité.

Une trentaine de conférenciers experts interviendront. Plus de 50 organisations actives dans l’humanitaire seront également présentes. Les porteurs de projets innovants – étudiants, organisations – et les workshops auront aussi la part belle. « Nous avons déjà noué d’importants partenariats, mais nous sommes toujours à la recherche de soutiens financiers de la part d’entreprises dont les pratiques RSE sont reconnues », précise Yonathan Parienti, fondateur et CEO de Horyou. L’accès au forum est gratuit, mais sur inscription.

L’anti-Facebook

Le réseau social Horyou, dont la version test a été lancée en novembre 2013, défend « un usage responsable et humaniste des nouvelles technologies ». La plateforme « anti-Facebook » rassemble des organisations humanitaires (plus de 300 actuellement), des personnalités légitimes qui ont, d’une façon ou d’une autre, fait le bien autour d’eux ( le site en compte une centaine aujourd’hui, dont le footballeur camerounais Roger Milla et le musicien congolais Ray Lema), et les membres (qui représentent à ce jour plus de 50 nationalités).

Les deux premières catégories sont contrôlées et validées par Horyou, tandis que les particuliers peuvent s’inscrire librement. Ces acteurs de la solidarité, chevronnés ou débutants, partagent leurs expériences et initiatives sur le réseau. « Nous voulons créer un cercle vertueux où un membre va peu à peu faire quelque chose de bien pour la communauté car il observe les autres agir au service de l’intérêt général », poursuit le directeur de la plateforme.

Or, le virtuel ne suffit pas. « L’aspect offline, surtout pour un domaine comme celui de l’humanitaire, est majeur. Il est nécessaire pour nous d’aller sur le terrain. » Le forum SIGEF reflète cet impératif. Tout comme la série de films documentaires « Des histoires de vies » tournés par les équipes d’Horyou qui sont allées partout dans le monde, « à la rencontre de celles et ceux qui ont choisi de dédier leur vie aux autres ».

A l’avenir, la plateforme veut se financer en partie via une publicité en ligne « provenant d’entreprises solidaires qui répondent à une démarche socialement responsable », souligne Yonathan Parienti. Celui-ci ajoute vouloir « redistribuer une partie des revenus qui seront générés aux organisations et membres les plus actifs ».

Pour l’heure, pour financer ses bureaux à Genève, Paris et New York, ses quelque 60 employés, ou encore sa web TV, Horyou bénéficie du soutien « important » d’investisseurs privés. « Nous sommes sur le point d’ouvrir un troisième tour de table pour développer le réseau ces deux prochaines années. »

Dino Auciello

ANCIEN RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Lui écrire

Dino Auciello a été rédacteur en chef adjoint à Bilan, responsable de bilan.ch, de novembre 2014 à juillet 2017. Il a rejoint Bilan en 2010, après avoir terminé ses études à l’Académie du Journalisme et des Médias de Neuchâtel.

Du même auteur:

Une PME en héritage: les clés d’une relève familiale réussie
Comment Cenovis s’attaque au marché alémanique

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."