Bilan

Le petit jeu qui réunit des millions

Une heure et demie, c’est le temps qu’a attendu Edmund McMillen pour que son projet de jeu de cartes atteigne les objectifs financiers. S’il visait 50’000 dollars, il a finalement obtenu plus de deux millions. Récit d’un développeur qui rassemble et rapporte.

Edmund McMillen et son équipe ont réuni plus de deux millions pour leur jeu de cartes.

Crédits: PlayStation Europe

A la question «vous attendiez-vous à un tel soutien de votre communauté?», Edmund McMillen répond non. Et pour cause: son projet a récolté 2'650'692 dollars sur la plateforme kickstarter, bien plus que les 50’000 dollars demandés. L’Américain est avant tout un développeur de jeux vidéo, qui s’est notamment fait connaître avec son célèbre «Binding of Isaac». Un titre salué par la critique pour son univers notamment. Un univers qu’Edmund McMillen a repris pour créer son propre jeu de cartes. Le succès est d’ores et déjà assuré au terme d’une campagne de financement participatif autant surprenante que ludique. Elle aura mobilisé 38'333 personnes.

Lire aussi: «Que deviennent les entreprises après un crowdfunding?»

La carotte au bout du bâton

Edmund et Daniella McMillen, mari et femme, s’allient pour mettre du piment la recherche de fonds. La communauté a progressé de jour en jour pour débloquer du contenu bonus. Pour ce faire, ils ont dû accomplir les défis imposés. Retweeter la page du crowdfunding 77’777 fois, expliquer l’histoire du jeu à sa mère ou encore se faire tatouer une des cartes: rien n’a arrêté les joueurs.

Le plus gros palier des contributeurs permettait d’avoir une pierre tombale à son nom dans le jardin du créateur. 10 personnes ont pour cela déboursé la somme de 1’656 francs.

Le dévouement de la communauté a de quoi faire envie, mais n’est finalement pas si étonnant. Les créateurs du jeu ont bien cerné leur public. C’est pourquoi ils ont créé une campagne ludique, basée sur l’accomplissement de quêtes. Il est bon de préciser que la communauté de «The Binding of Isaac» est vaste. Les heures de jeu s’accumulent pour les joueurs, dans le titre conçu pour être joué à l’infini. Et loin de les laisser s’amuser et de s’atteler à vendre des nouveaux jeux, l’équipe de développement revient régulièrement donner des nouvelles et enrichir le contenu. De quoi nourrir un peu plus l’appétit des adeptes d’Isaac.

Mais Edmund et Daniella McMillen déploient les efforts pour instaurer un dialogue. L’Américain répond régulièrement aux questions, rencontre ses fans, ajoute du contenu à mesure que la cagnotte se remplit. Pour son public européen, il a par exemple trouvé un autre distributeur afin de réduire les frais de port, et suite à la suggestion de plusieurs personnes, il a inclu des formules avec deux jeux de cartes achetés, pour que les amis se partagent le transport.

Isaac et sa mère

Le style graphique enfantin peut induire en erreur: l’histoire de Binding of Isaac n’a rien de mignon et innocent. Le joueur incarne le petit Isaac, un enfant poursuivi par sa mère. Pour lui échapper, il se cache dans un coffre et combat ensuite ses démons. A partir de là, plusieurs interprétations existent quant aux symboles rencontrés au fil du jeu. Le joueur progresse en traversant des salles remplies de monstres et franchit des paliers en tuant les boss. A ne pas se tromper, l’univers est glauque et surtout très cru. Le jeu de cartes est loin de déroger à cette charte graphique.

Le style graphique ainsi que l'univers biblique sont toujours présents dans le jeu de cartes.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."