Bilan

Le pape François reste plus influent que Barack Obama sur Twitter

Même s'il compte moins de followers sur Twitter que Barack Obama, les messages du Pape François sont plus repris par les abonnés du réseau social que ceux du président américain, selon la dernière étude Twiplomacy, qui mesure l'influence des dirigeants du monde sur Twitter.
  • Barack Obama est le leader mondial le plus suivi sur Twitter, tandis que le Pape François est celui dont les messages sont les plus retweetés.

    Crédits: Image: DR
  • Angela Merkel est la dernière dirigeante du G20 à ne pas avoir un compte personnel sur Twitter.

    Crédits: Image: DR
  • L'an dernier, Narendra Modi avait surpris la twittosphère en gagnant plusieurs millions de followers très rapidement suite à son arrivée au poste de Premier Ministre en Inde.

    Crédits: Image: DR
  • Notamment grâce à un message retweeté plus de 360'000 fois le jour de son intronisation, le nouveau roi d'Arabie Saoudite Salman figure parmi les dirigeants les plus retweetés au monde cette année.

    Crédits: Image: DR
  • Le président vénézuélien Nicolas Maduro suit le nouveau roi d'Arabie Saoudite au classement des personnalités politiques les plus retweetées.

    Crédits: Image: DR
  • Le ministre français des affaires étrangères, Laurent Fabius, est le dirigeant le plus suivi sur Twitter par les autres responsables politiques de haut rang dans le monde.

    Crédits: Image: TF1

L'un est le principal leader religieux au monde (en termes de nombre de croyants), l'autre est le président de la première puissance économique de la planète. Et les deux trônent au sommet du réseau social de micro-blogging: le Pape François et Barack Obama sont respectivement les leaders mondiaux dont les messages sont les plus retweetés et qui compte le plus d'abonnés.

Dans sa version 2015, l'étude Twiplomacy, réalisée par le cabinet Burson-Marsteller, compare l'audience et l'activité liées à 669 comptes Twitter de chefs d'états et de gouvernements, de responsables des affaires étrangères et de leurs administrations affiliées. Soit 166 pays à travers le monde (86% des 193 états membres des Nations Unies à fin mars 2015) qui ont adopté le réseau social de micro-blogging pour communiquer officiellement. Les auteurs de l'étude ont tenu compte du nombre de followers, mais aussi d'autres paramètres comme le nombre de messages postés, le nombre de mentions par des tiers, le nombre de réponses publiques aux tweets,...

Barack Obama est le leader le plus suivi...

Ces différentes manières et critères pour évaluer l'influence d'un leader sur Twitter aboutissent à différents classements. Ainsi, Barack Obama (@BarackObama) enregistre le plus grand nombre de followers avec 56'933'515 personnes qui le suivent, loin devant le Pape François (@Pontifex), dont les comptes dans les comptes dans neuf langues différentes totalisent 19'580'910 suiveurs. C'est le premier ministre indien, Narendra Modi (@NarendraModi) qui complète le podium avec 10'902'510 followers. C'est ce dernier qui avait créé la surprise en 2014 en gagnant plusieurs millions de followers dans les semaines qui avaient suivi son accession au pouvoir en Inde. Aux 4e et 5e rangs mondiaux se retrouvent respectivement le président turc Recep Tayyip Erdogan (@RT_Erdogan) et le compte officiel de la Maison Blanche (@WhiteHouse).

... et le Pape François le leader le plus retweeté

Mais le souverain pontife dépasse le locataire de la Maison Blanche à la moyenne des retweets: 9929 retweets en moyenne par message posté par le Pape François sur son seul fil espagnol (sans compter les retweets des messages sur les autres fils), contre 1210 en moyenne pour Barack Obama, qui se retrouve en 4e position mondiale, juste devant Narendra Modi (1094), mais devancé par le nouveau roi d'Arabie Saoudite Salman (@KingSalman) (4419) et le président vénézuélien Nicolas Maduro (@NicolasMaduro) (3198). Pour le nouveau monarque saoudien, le score a été largement aidé par un tweet reposté 360'000 fois, envoyé le jour de son accession au trône le 29 janvier dernier.

Autre indicateur intéressant: le réseau «twiplomatique» entretenu par les dirigeants entre eux, ou le petit jeu du «qui suit qui». A ce jeu-là, c'est le ministre français des affaires étrangères Laurent Fabius (@LaurentFabius), qui s'en sort le mieux: il est abonné aux fils de cent autres dirigeants de l'étude qui le suivent aussi. Son ministère se classe d'ailleurs 3e de ce palmarès avec 91 relations réciproques. Entre le compte du ministre et celui de son ministère vient juste s'intercaler le ministère russe des affaires étrangères.

Twitter USA-Iran avant les IranTalks

Ce type de relations est également intéressant car il peut parfois constituer une amorce de rapprochement diplomatique. Ainsi, en septembre 2013, le Secrétariat d'Etat américain a commencé à suivre les fils de 44 dirigeants étrangers, dont ceux du président iranien Hassan Rouhani (@HassanRouhani) et de son ministre des affaires étrangères Mohammad Javad Zarif (@JZarif). Alors même que les négociations nucléaires n'avaient pas encore officiellement repris entre USA et Iran.

Cette diplomatie numérique via les réseaux sociaux trouve parfois une concrétisation dans la réalité concrète avec la réunion de la #SIDD (Stockholm Initiative for Digital Diplomacy), où une trentaine de diplomates se sont retrouvés dans la capitale suédoise, invités par l'ancien ministre des affaires étrangères local Carl Bildt (@CarlBildt) pour évoquer ces nouveaux moyens de connecter les administrations chargées de relations internationales.

Mais la «twiplomacy» ne se limite pas à un club privé. Les auteurs de l'étude ont également analysé quels étaient les comptes les plus suivis par les dirigeants pris en compte dans l'étude: celui des Nations Unies (@UN), avec 250 des 669 leaders mondiaux, devance ceux de Barack Obama (239 followers), de la Maison Blanche (196), du Premier Ministre britannique (@Number10Gov) qui en a 165. Le compte Twiplomacy (@Twiplomacy) en compte pas moins de 153, soit plus que le NY Times (@NYTimes).

Angela Merkel seule à snober Twitter

Cette diplomatie digitale s'est très largement répandue parmi les responsables publics: aujourd'hui, tous les chefs d'état ou de gouvernement du G20 disposent d'un compte Twitter personnel... sauf Angela Merkel, la chancelière allemande étant désormais la dernière dirigeante à ignorer le petit oiseau bleu.

Cependant, la plupart d'entre eux confient le soin de rédiger et d'envoyer les messages à des équipes de professionnels, même pour leurs comptes «privés». Rares sont ceux qui écrivent et postent eux-mêmes: le président estonien Toomas Hendrik Ilves (@IlvesToomas), le président du Conseil européen Donald Tusk (@DonaldTusk), le ministre letton des affaires étrangères Edgars Rinkēvičs (@EdgarsRinkevics) et le Premier Ministre norvégien Erna Solberg (@Erna_Solberg).

Obama parmi les précurseurs

Si la plupart des leaders de la planète ont ouvert leur compte entre 2009 et 2012. Mais certains précurseurs avaient anticipé la tendance: Barack Obama, alors simple sénateur (mais certes déjà candidat à la présidentielle américaine), avait ouvert son compte dès 2007.

Certains ont défriché. Les autres ont débarqué dans un système déjà exploré par d'autres. Les uns avec une grande solennité, d'autres avec davantage d'humour, comme Toomas Hendrik Ilves, qui a envoyé son premier tweet pour s'amuser des premiers followers qu'il observait.

Mais une fois sur Twitter, tous les dirigeants n'alimentent pas leur fil avec la même assiduité. Certains, à l'image du Premier Ministre français Manuel Valls (@ManuelValls) ont longtemps laissé leur compte personnel en sommeil lors de leur entrée en fonction, avant de le réactiver ensuite. D'autres sont bien plus actifs, voire hyperactifs. Le fil officiel du président mexicain compte en moyenne 68 tweets par jour, contre 64 à celui de Nicolas Maduro et 60 messages sur le fil du gouvernement mexicain.

Mais désormais, plus encore que le texte, c'est la vidéo qui constitue le trend à la mode. De nombreux comptes Twitter de leaders ou d'institutions utilisent des solutions comme Vine pour mettre en images des messages forts, à l'instar de John Kerry (@JohnKerry) qui a annoncé ainsi un chat Twitter avec les internautes avant une tournée en Afrique.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."