Bilan

Le masque en carton de Google qui concurrence Oculus Rift

Technologie ne rime pas forcément avec matériaux high-tech: un ingénieur de chez Google et un de ses amis ont conçu un masque de réalité virtuelle à base de carton et d'un smartphone: voici Cardboard.
  • Cardboard est un masque composé d'un patron de carton à découper et assembler et d'un smartphone.

    Crédits: Image: Google
  • Tout part d'un carton à découper puis à plier selon les instructions.

    Crédits: Image: Google
  • En moins de cinq minutes, le masque est monté.

    Crédits: Image: Google
  • Le masque comporte deux orifices pour les yeux, afin que l'utilisateur puisse voir l'écran du smartphone.

    Crédits: Image: Google

Et si les masques de réalité virtuelle ne coûtaient pas plus cher qu'un smartphone et un bout de carton? Loin des développements sur de longs mois de dispositifs high-tech, un ingénieur français travaillant pour Google, David Coz, et un de ses amis lui aussi ingénieur, Damien Henry, ont imaginé un masque facile à réaliser et peur coûteux: du carton et un smartphone et voilà Cardboard.

Le magazine français Sciences et Avenir a rencontré David Coz à son retour de la Google I/O, conférence annuelle des développeurs organisée par le géant de Mountain View en Californie. Il avait présenté publiquement son projet là-bas et l'a à nouveau expliqué aux équipes de Sciences & Avenir. Des journalistes a priori pas convaincus de prime abord quand ils ont vu un simple carton percé de deux trous, chacun de ces deux orifices étant bouché par une lentille grossissante bon marché.

Mais ce scepticisme n'a pas duré: David Coz a rapidement monté le carton pour en faire un vrai masque dans lequel il a pris soin de glisser un smartphone. Et la démonstration pouvait alors débuter. A l'aide d'une étiquette NFC sur le carton, le smartphone détecte l'usage demandé et lance de façon autonome l'application Cardboard (celle-ci doit évidemment avoir été préalablement chargée sur le smartphone). Toutefois, si le smartphone n'est pas équipé d'un lecteur NFC, l'expérience est quand même possible, mais l'utilisateur doit lancer l'app manuellement.

Du Cervin aux gratte-ciel

Ensuite, il suffit de tenir le masque devant ses yeux à la manière de jumelles (aucun dispositif n'est prévu pour le faire tenir seul, à la manière d'un masque Oculus Rift par exemple) et le voyage débute: l'app Cardboard permet de voyager dans un environnement en 3D basé sur les plateformes Google Earth et Google Streetview. Ainsi, il est possible de planer autour du Cervin comme de se faufiler entre les immeubles des grandes mégapoles mondiales en ayant des informations sur les lieux.

«En tant que fans de réalité virtuelle, nous voulions trouver un moyen de la rendre accessible à tous sans passer par des équipements compliqués et souvent coûteux», explique David Coz à Sciences & Avenir. Pour aboutir à ce résultat, l'ingénieur français a pu bénéficier d'un programme interne à Google qui pernet aux employés de consacrer 20% de leur temps de travail au développement d'un projet personnel. Autre soutien non négligeable: l'enthousiasme rencontré auprès de Larry Page, cofondateur de Google, quand il a découvert le projet. Grâce à cela, les deux concepteurs ont pu bénéficier du soutien des équipes de l'entreprise, qui ont facilité le développement de logiciels adaptés aux fonctionnalités du masque.

Des plans en libre accès

Mais David Coz n'en oublie pas pour autant que, si le développement a été fait par Google, l'idée originale provient d'une entreprise allemande, Durovis, qui avait déjà pensé à un masque dans lequel il suffirait de glisser un smartphone. Commercialisé à 60€, ce masque en plastique a servi de base pour le développement de Cardboard.

David Coz s'est ainsi servi du travail qu'avaient initié ses confrères allemands. Mais il ne cherche pas à s'accaparer les bénéfices de la recherche. Non seulement il rend hommage aux ingénieurs allemands, à leurs idées et à leur produit. Mais son propre masque est aussi disponible pour les internautes dès 25$ tandis que les plans pour le fabriquer soi-même avec du carton sont en libre accès.

 

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."