Bilan

Le créateur de la Swatch sélectionné pour un prix européen

Créateur de la montre-bracelet Swatch en 1982 mais aussi père de 178 familles de brevets, l'inventeur suisse Elmar Mock vient d'être nominé pour le Prix de l'inventeur européen 2017 pour l'ensemble de son oeuvre de la part de l'Office européen des brevets.
  • Elmar Mock, co-inventeur de la Swatch, est l'un des trois finalistes 2017 du Prix de l'inventeur européen, catégorie «Œuvre d’une vie». 

    Crédits: Image: DR
  • Après la Swatch, Elmar Mock a créé Creaholic, une structure de conseil dans l'innovation qui affiche 800 missions réalisées en 31 ans.

    Crédits: Image: DR

Avec le couteau suisse et la bande velcro, c'est l'une des inventions suisses du XXe siècle: la montre-bracelet Swatch a été l'un des facteurs déclencheurs du renouveau du secteur horloger suisse. Aux antipodes de la haute horlogerie, la Swatch a troqué les métaux précieux contre le plastique, a réduit de 91 à 51 le nombre de composants, a renoncé à la possibilité de réparer pour ne conserver que le changement de la pile. Mais avec cette montre grand public diffusée à grande échelle dans le monde entier, la Suisse tenait un best-seller.

Lire aussi: Il y a 50 ans, l’horlogerie suisse inventait le quartz

Derrière cette invention, deux noms: Jacques Müller et Elmar Mock. Ce dernier, ingénieur horloger pour ETA dans les années 1970, ne s'est pas contenté de ce coup d'éclat mais a multiplié les inventions. Dans l'horlogerie, Tissot lui doit la Rockwatch. Mais l'homme a aussi conçu le Smixin (combinaison de “smart” et “mixing”), un système automatisé pour le lavage des mains utilisant 90% d’eau et 60% de savon en moins que les lavabos traditionnels, le récupérateur d'eaux usées Joulia, ou encore les systèmes d'autofocus des appareils photos de smartphones. Au total, Elmar Mock a initié 180 familles de brevets et est à l'origine de près de 750 projets innovants.

La success-story Creaholic

Cette créativité, Elmar Mock a souhaité très tôt la partager au sein d'une équipe. C'est ainsi que, dès 1986, il a créé Creaholic, une structure révolutionnaire pour l'époque, que lui-même qualifie d'«innovation factory», où les collaborateurs exploraient des pistes innovantes tous azimuts, laissant libre cours à leur imagination, partageant leurs questionnements, repoussant les limites de leurs domaines respectifs. Lui avait ainsi puisé dans l'industrie automobile pour sa Swatch: il avait mis au point une nouvelle technique de fabrication basée sur le moulage par injection de certains composants de la montre et leur soudage par ultrasons pour garantir solidité et durabilité. «L’invention n’est pas l’objectif. Personne ne dit: Je vais inventer quelque chose. L’innovation arrive lorsque l’on cherche la meilleure solution possible à un problème», assure Elmar Mock. 

A peine 31 ans après sa naissance, Creaholic affiche plus de 800 missions de conseil pour le compte de clients, emploie une cinquantaine de salariés et génère un chiffre d'affaires de cinq millions de francs annuellement. Selon Elmar Mock, les idées développées par ses consultats pour le compte de clients généreraient près de 3,75 milliards d'euros de chiffre d'affaires. Au fil des années, Creaholic a mis sur pied en interne un véritable incubateur, lequel a donné naissance à neuf start-up, toutes détenues par leurs salariés. La démarche innovante a séduit de grands groupes suisses, européens et mondiaux comme Würth, Ikea, Nestlé, Du Pont, Bosch, Nespresso, BMW ou encore Roche.

Lire aussi: Le salon des inventions en 10 chiffres

Âgé de 63 ans, Elmar Mock est plus créatif que jamais. Il n'a de loin pas atteint ces âges canoniques auxquels les comédiens, chanteurs, artistes et inventeurs se reposent et se voient décerner des récompenses en guise de point final de leur carrière. Mais cette imagination et cette activité toujours au firmament n'ont pas découragé les responsables de l'Office européen des brevets (OEB) quand ils l'ont sélectionné parmi les trois finalistes du Prix de l'inventeur européen 2017, catégorie «Œuvre d’une vie», dont le vainqueur sera connu le 15 juin. «Elmar Mock a osé défier le statu quo. En rompant avec les conventions, il a non seulement offert au monde un bien de consommation phare, mais également construit une entreprise à succès dont l’invention est la pièce maîtresse», explique Benoît Battistelli, président de l’OEB.

La notion de «chaos créatif»

Ce choix combine la Swatch avec Creaholic, résumant deux grandes phases de la vie d'Elmar Mock. Pour expliquer la transition entre les deux, l'inventeur est très franc: «Pour la personne chaotique que je suis, la période précédant le lancement de la Swatch fût extraordinaire. Mais par la suite, le succès de la Swatch a apporté l’ordre, les procédures, un système structuré, un environnement qui ne me convenait plus: j’ai voulu retourner dans l’innovation».

Ce «chaos créatif» qu'il a su faire naître avec Creaholic reste une initiative à part dans l'univers de l'innovation. Anticipant la profusion des start-up et la vague de l'innovation des années 2000, Elmar Mock a su conserver l'esprit pionnier qui était le sien dans les ateliers d'horlogerie des années 1970 et 1980. Décriée au départ, sa montre en plastique est désormais vue comme une révolution. C'est ainsi qu'en 2010, lui et son co-inventeur Jacques Müller ont reçu le prix Gaïa du Musée international d’horlogerie (MIH) de La Chaux-de-Fonds. Va-t-il récidiver avec une nouvelle récompense cette année? Verdict le 15 juin. Mais sa nomination parmi les trois finalistes est déjà en soi une victoire de l'imagination.

Lire aussi: Un code-barres pour protéger mes inventions?

 

 

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."