Bilan

Le coffre-fort numérique suisse s’organise

Les principaux data centers se regroupent derrière un label pour faire connaître les avantages du stockage de données en Suisse à l’international.

Avec son data centers à Genève et bientôt à Gland, Safehost s'est profilé comme un des leaders de la protection des données à la suisse. 

Crédits: Steeve Iuncker Gomez

L’idée que la Suisse offre des avantages uniques pour stocker les gigantesques quantités de données générées par l’économie numérique n’est pas neuve. L’ancien conseiller d’Etat genevois, Guy-Olivier Second, la présentait déjà en 1998 dans le cadre d’une conférence aux Nations Unies. Depuis, les centres de données se sont multipliées en Suisse. Entre le développement du cloud computing et du big data, la croissance a même accéléré. On estime que la surface de ces centres de données un brin secret a augmenté de 63% de 2011 à 2015 en Suisse.

Lire aussi: Secret des données: le grand chantier 

Avec une croissance annuelle de 25% du trafic internet des data centers au plan mondial anticipé par Cisco d’ici à 2019, on devrait assister à une accélération. D’autant plus que, depuis les révélations de l’affaire Snowden, les avantages du stockage de données en Suisse sont devenus tangibles pour nombre d’acteurs internationaux.

Le droit mais surtout le juge

Dans les faits, le droit suisse de la protection des données personnelles est très semblable au droit européen. A cause des accords de Schengen et de Dublin, le champ d’application du droit suisse (définition des données personnelles et statut particulier des données sensibles comme pour la santé) et ses principes (légalité de la collecte et du traitement des données, sécurité, etc.) sont euro compatibles. Cela facilite considérablement le stockage de données européennes en Suisse.

En plus, et c’est là sa véritable valeur ajoutée, la Suisse refuse - pour le moment - tout contrôle administratif sur les données stockées, tel qu’il existe aux US avec le Patriot Act ou en France avec la nouvelle loi sur le renseignement. En Suisse, seul le juge est habilité à lever le secret sur les données.

Fort de ces avantages, plusieurs des principaux acteurs du secteur, Abissa, Safehost, Deltalis , Solnet… ont décidé de mieux les vendre en se fédérant dans une nouvelle association, Vigiswiss. Présidente du comité stratégique de l’association, l’entrepreneuse Laurence Jovignot-Halifi explique : «Fondamentalement, il s’agit de proposer un coffre-fort inaltérable pour préserver la mémoire numérique mondiale. L’offre s’adresse aussi bien aux gouvernements qu’aux entreprises ou aux organisations pour conserver et protéger leurs données confidentielles.»

Une charte a été rédigée. Elle prévoit que les opérateurs de centres de données qui la signent s’engagent à garantir un certain niveau de sécurité, à ne pas héberger des données illégales et à être régulièrement audités par un organisme indépendant. En échange, ils obtiennent une certification qui débouche sur un label. L’association va désormais s’employer à le faire reconnaître dans le monde afin de donner une substance à la stratégie de coffre-fort numérique de la Suisse. 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."