Bilan

Le cinéma tremble devant l'appli Popcorn Time

Après les films et les séries classiques, les pirates s'attaquent désormais aux films à peine sortis dans les salles de cinéma.

La plateforme Popcorn Time propose de visionner des films à peine sortis en salles.

Crédits: Image: DR

Elle a surgi voici trois semaines et fait déjà le buzz sur les réseaux sociaux. Plus grave: elle inquiète toute une industrie. «Elle», c'est Popcorn Time, la nouvelle appli pour Mac, Windows et Linux qui permet de visionner des films. Rien de nouveau sous le soleil dans l'univers du téléchargement? Si: Popcorn Time prend de vitesse tous les sites et systèmes concurrents en donnan accès aux films à peine sortis sur grand écran.

La marche à suivre est simple: l'appli doit être téléchargée et le logiciel permet ensuite une navigation aisée basée sur un système de classement performant et un moteur de recherche efficace. Une fois le film sélectionné, l'appli télécharge le fichier du film via le protocole BitTorrent tout en lançant la projection: un fichier qui passe sur l'appareil de l'utilisateur comme sur les sites de téléchargement traditionnels, mais un visionnage quasi instantané, comme sur les sites de streaming. Qui plus est, la haute définition (en 720p ou 1080p soit Full HD, d'une qualité bien supérieure à ce qui est généralement proposé sur les sites de streaming), et des sous-titres en anglais ou en espagnol améliorent encore l'offre.

Une démarche non lucrative

Popcorn Time reprend donc les standarts techniques des logiciels de téléchargement: des fichiers vidéo stockés sur l'appareil et qui sont à disposition des autres utilisateurs une fois téléchargés. Au premier lancement du film, un message s'affiche pour avertir l'utilisateur que le téléchargement de BitTorrents est illégal dans certains pays.

Malgré cela, les concepteurs et développeurs de Popcorn Time ne sont pas inquiets quant à d'éventuelles poursuites judiciaires: «Nous ne stockons rien et aucun des développeurs ne gagne de l'argent. Il n'y a ni publicité ni comptes premium ni abonnement ou quoi que ce soit dans le genre. C'est une expérimentation pour apprendre et partager», explique Sebastian, l'un des développeurs de Popcorn Time, au site TorrentFreak.

«J'aime le défi de la simplification. Parmi mes amis, un certain nombre ne comprend pas le système des torrents. J'ai donc tenté de rendre cette technologie facile et accessible à tous», poursuit-il. Si les techniciens sont confiants, ils n'en sont pas moins prudents: le versant technique peer2peer est astucieusement dissimulé, afin de donner à l'appli les apparences d'un banal site de streaming, qui agirait en toute légalité.

Kim Dotcom salue l'arrivée de Popcorn Time

Ces précautions visent à éviter que Popcorn Time ne connaisse le même sort que MegaUpload. C'est aussi pour cela que les concepteurs insistent sur une démarche qui se voudrait non-commerciale et non lucrative: l'expérience de Kim Dotcom, poursuivi par la justice de plusieurs pays après s'être enrichi avec MegaUpload, sert d'avertissement. Kim Dotcom n'a d'ailleurs pas hésité à proposer sur sa nouvelle plateforme Mega le téléchargement de Popcorn Time, assortissant cette offre d'un tweet à l'attention de la MPAA, l'association professionnelle des grands studios américains.

Car c'est bien là que se situent les principaux adversaires de Popcorn Time. Si les sites de téléchargement traditionnels partageaient les films anciens ou offraient de visionner les films récents en mauvaise qualité, Popcorn Time aurait trouvé des solutions pour proposer les longs-métrages dès leur sortie en salle et ce dans une très bonne qualité, son comme image, voire avec des sous-titres. Le téléchargement, qui menaçait jusque-là les revenus secondaires des distributeurs (la vente des DVD ou des films via les plateformes de téléchargement légal) met désormais en danger les recettes des entrées en salles. Ce qui pourrait avoir un impact plus fort encore sur les grands studios.

Le lancement récent de l'appli n'a pas encore donné le temps aux responsables des majors de Hollywood de réagir. Mais le succès rencontré par cette nouvelle offre devrait déclencher des actions très prochainement.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."