Bilan

Le management inefficace pousse les employés à bout

Enchaîner les heures au bureau pour terminer le travail à temps est un concept connu de beaucoup. Dans l’univers du jeu vidéo, cela s’appelle le «crunch». Les forces s’organisent pour lutter contre ce manque de vision du management.

Dans certains studios de jeux: la pression infligée aux employés leur fait exploser leur temps de travail.

Crédits: DR

Le phénomène a passablement fait parler de lui au moment de la sortie du très attendu «Red Dead Redemption 2». Le «crunch» est un fléau qui touche l’industrie des jeux vidéo, mais aussi d’autres secteurs. Il se traduit par des employés qui travaillent plus de 70 heures par semaine pour boucler le produit, et l’envoyer dans les temps.

A l’occasion du Ludicious Festival qui a eu lieu fin janvier à Zurich, plusieurs conférences ont eu pour thème la gestion des employés du monde vidéoludique. Navid Khonsari, fondateur d’iNK Stories et ancien employé de Rockstar Games, et Tanya X. Short, Capitaine de Kitfox Games expliquent le noeud du problème.

Si un excès de travail semble normal au vu des investissements colossaux en jeu à la sortie de certains titres, il ne faut pas oublier que certains studios de développement travaillent sur le même jeu pendant des années. Ce qui a provoqué la colère des joueurs dans le cas de Rockstar ? Des déclarations du CEO qui se félicite de toutes ces heures supplémentaires alors-même que des détails triviaux - comme l’animation des parties génitales des chevaux - étaient mis en exergue. Le sprint final est venu conclure sept années de développement et quelque 100 millions de coûts de production.

Des voix s’élèvent désormais pour protéger les employés des abus. Fin février, la Fédération américaine du travail et le Congrès des organisations industrielles - l’AFL-CIO - a publié une lettre ouverte à l’intention des développeurs. Le ton est sec. «Ils s’enrichissent, il gagnent en notoriété. Ils sont couronnés en tant que visionnaires et sont vus comme des pionniers. Qu’obtenez vous ? Des horaires outrageux et des salaires inadéquats. Des conditions de travail toxiques qui vous poussent à vos limites physiques et mentales. La peur que demander des améliorations vous fassent perdre le travail de vos rêves». Une peur qui est présente dans bien d’autres professions.

Garciarebecca1
Rebecca Garcia

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

Du même auteur:

A chaque série Netflix son arôme de cannabis
Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

Bilan vous recommande sur le même sujet

Les derniers Articles Techno

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."