Bilan

Le Covid-19 a dopé l’impact des influenceurs

Sur les réseaux sociaux tels Instagram et TikTok, les marques ont fait un carton pendant la crise, avec une augmentation du nombre de like.

Les influenceurs, ce sont ces jeunes qui communiquent avec une communauté de fans par le biais des réseaux sociaux Instagram, YouTube ou encore TikTok. Mais pas Facebook parce que le site de Mark Zuckerberg n’intéresse définitivement plus les millennials. Les marques ont déployé tout un arsenal d’outils pour toucher cette jeune audience via ces applications. Et alors que l’économie stoppait net avec l’irruption du coronavirus, les influenceurs ont au contraire vu l’impact de leurs messages renforcé. Fondateur de l’agence Yxterix, Daniel Koss observe: «Le Covid-19 a accéléré la numérisation, renforcé l’utilisation des médias sociaux, et donc la portée des influenceurs.»

Une aubaine pour les marques qui ont maintenu les campagnes. «Durant la pandémie, si nombre d’opérations ont été annulées, les like ont parallèlement augmenté d’environ 75% sur les publications publicitaires sur Instagram», commente Guillaume Roud, responsable de la communication chez Trio. Dans le cadre de son partenariat avec la startup zurichoise Kingfluencers, spécialisée dans le marketing d’influence, l’agence lausannoise dispose désormais d’un logiciel baptisé «Predictor» qui présage les performances des campagnes. Kingfluencers a développé ce produit à partir de l’analyse de 1000 campagnes et de données provenant de 1700 influenceurs.

Des défis sponsorisés

Nouveau réseau préféré des ados, TikTok a été lancé en 2016 par l’entreprise chinoise ByteDance. Les marques sont d’ores et déjà très actives sur cette application de partages de vidéos. Guillaume Roud reprend: «C’est essentiellement le parrainage ou le «hashtag challenge» qui l’emporte. Les annonceurs lancent des défis aux utilisateurs de TikTok qui répondent en vidéos avec un hashtag spécifique et, bien entendu, sponsorisé. Mercedes-Benz avait ainsi lancé le #MBStarChallenge en proposant de repenser son fameux logo et a ainsi gagné près de 30  000 nouveaux abonnés sur son profil TikTok et généré plus de 2 millions de vues.»

En Suisse, les annonceurs restent néanmoins encore prudents face à cette application très ludique. Daniel Koss relève que «la peur de l’inconnu et la crainte de faire une erreur paralysent encore les marques helvétiques. Mais celles-ci surveillent néanmoins toutes de très près TikTok.»

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."