Bilan

La ville de Zoug accepte les payements en bitcoin

La capitale de la "Crypto Valley" devient la première commune au monde à reconnaître la devise digitale. Une reconnaissance pour le travail de pionnier d'une quinzaine de firmes installée dans la région.
  • La ville de Zoug est la première commune au monde à accepter les payements en bitcoin de la part de ses administrés.

  • Le maire socialiste de Zoug, Dölfi Müller, espère avec à cette mesure attirer de nouvelles compagnies FinTech dans la région.

  • La région du lac de Zoug est surnommée "Crypto Valley" en raison d'une quinzaine de firmes pionnières dans les monnaies cryptées implantée dans la région.

La ville de Zoug a annoncé un projet pilote autorisant les citoyens à payer pour les services publics locaux en bitcoin. Réputée comme pôle de compétences dans le cryptage et les services financiers, la région de Zoug - également connue comme paradis fiscal - a gagné ces dernières années le surnom de Crypto Valley. Première commune au monde à s’engager dans cette voie, Zoug a pris la décision d’accepter la monnaie cryptée lors d’une séance de l’exécutif communal au début mai.

La mise en vigueur est prévue pour le 1er juillet pour une durée d’une année, comme le révèle le site Coindesk. Selon le site officiel de la ville, les autorités veulent ainsi tester l’efficacité d’accepter cette devise numérique pour les payements aux services publics à hauteur de 200 francs, soit quelque 0,44 bitcoin. Au terme de douze mois d’essai, la commune décidera si les monnaies digitales doivent continuer à être acceptées ou non.

Lire aussi: La scène fintech suisse s'éveille enfin 

Ce mouvement de la commune de Zoug résonne comme une reconnaissance pour le travail de pionnier effectué par de nombreuses sociétés installées sur son territoire. Xapo, ShapeShift, Bitcoin Suisse ou encore Ethereum sont implantées dans la région afin de bénéficier de la concentration de compétences dans les monnaies digitales ainsi que d’une législation helvétique en la matière parmi les plus souples au monde. Star de cette scène, le Sud-Africain Johann Gevers s’est lui-même installé avec sa firme Monetas au bord du Lac de Zoug il y a trois ans.

Lire aussi : Ethereum, une révolution en marche

Le maire socialiste Dölfi Müller dit espérer que ce projet pilote attirera dans la région encore davantage de firmes de ce domaine. Dans une déclaration officielle, il indique : « La Crypto Valley zougoise réunit déjà une quinzaine de compagnies fintech. Avec ce projet pilote, les autorités veulent montrer leur ouverture et permettre de réunir un maximum d’expériences pratiques. » 

Le transfert en bitcoin s’opère de manière similaire à un virement bancaire mais sans passer par une banque. L’utilisateur doit seulement détenir une adresse bitcoin (similaire à un numéro de téléphone) et indiquer l’adresse du bénéficiaire pour effectuer le virement. Toutes les transactions sont enregistrées dans la « Blockchain », le logiciel qui sait toujours qui possède quoi et qui peut payer quoi.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."