Bilan

La Turquie bloque Twitter, l'UE crie à la "censure"

Le Premier ministre turc a menacé jeudi de bloquer le site de micro-blogging, "une interdiction sans fondement, inutile et lâche" selon l'Union Européenne.

Le commissaire européen chargé des négociations d'adhésion avec la Turquie a estimé que la décision de Recep Tayyip Erdogan (en photo ci-dessus) "jette le doute sur l'engagement pris par la Turquie de respecter les normes et les valeurs européennes".

Crédits: Keystone

La commissaire européenne en charge des Nouvelles technologies, Neelie Kroes, a vivement dénoncé dans la nuit de jeudi à vendredi l'annonce du blocage par la Turquie de l'accès à Twitter.

"L'interdiction de Twitter en Turquie est sans fondement, inutile et lâche", a affirmé la commissaire européenne. "Le peuple turc et la communauté internationale verront cela comme une censure. Ce qui est bien le cas", a-t-elle indiqué, en choisissant de réagir précisément sur son compte Twitter.

Au nom de la Commission européenne, Stefan Füle, le commissaire chargé de l'Elargissement et donc des négociations d'adhésion avec la Turquie, a estimé que la décision des autorités turques "jette le doute sur l'engagement pris par la Turquie de respecter les normes et les valeurs européennes".

"La liberté d'expression, droit fondamental dans toute société démocratique, implique le droit de recevoir et de donner des informations et des idées sans ingérence des autorités publiques", a insisté M. Füle.

"Bâillonner internet, les médias sociaux et la liberté de la presse, ne pas respecter l'indépendance des magistrats, ne sont pas de bonnes recettes pour que la Turquie puisse relever les défis du 21e siècle et certainement pas la bonne façon de rapprocher la Turquie de l'UE", a affirmé de son côté le président du Parlement européen, Martin Schulz.

Le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a menacé jeudi d'interdire Twitter après la publication sur les réseaux sociaux d'enregistrements d'écoutes téléphoniques qui le mettent directement en cause dans un scandale de corruption.

"Nous allons supprimer Twitter. Je me moque de ce que pourra dire la communauté internationale", a-t-il lancé devant des milliers de partisans lors d'un rassemblement électoral à huit jours du scrutin municipal du 30 mars.

Au début du mois, le chef du gouvernement islamo-conservateur avait déjà menacé d'interdire YouTube et Facebook.

 

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."