Bilan

La startup suisse Ava lève 9.7 millions de dollars

Près de 10 millions de dollars: c'est la somme levée par la startup zurichoise Ava pour son bracelet connecté mesurant la fertilité des femmes, grâce à des acteurs du venture capital suisses et européens.
  • Avec 9,7 millions de dollars de levés, la startup suisse Ava continue son expansion.

    Crédits: Image: DR
  • Le bracelet AVA devrait arriver sur le marché suisse début 2017.

    Crédits: Image: DR
  • Après le marché américain, Ava vise l'expansion sur d'autres marchés à travers le monde.

    Crédits: Image: DR
  • Le bracelet développé par Ava se connecte au smartphone via une app dédiée et communique ainsi ses informations à l'utilisateur(trice).

    Crédits: Image: DR

La startup zurichoise Ava, qui a développé un bracelet mesurant la fertilité des femmes, a annoncé aujourd’hui une nouvelle levée de fonds de 9.7 millions de dollars. L’investisseur principal, le VC européen Polytech Ventures, a été rejoint par Blue Ocean Ventures et Global Sources, ainsi que par Swisscom et ZKB, qui avaient déjà investi dans la startup à ses débuts.

Lire aussi: 50 start-up de Bilan: Batmaid, Gamaya, AVA

Fondée en 2014, la startup offre aux femmes une solution plus ludique que les autres options traditionnelles telles que la prise de température ou les tests d’urines. Le bracelet, dénommé le « Fitbit de la fertilité » par certains, est commercialisé comme produit medtech approuvé par la FDA. Mais c’est aussi un gadget innovateur qui rejoint le mouvement « Femtech », ou technologie pour les femmes. Dans un monde où les VCs sont principalement des hommes, ce secteur émergeant, qui était jusqu’à présent considéré comme étant une « niche », concerne plus de la moitié de la population.

La «fenêtre de fertilité»

«Je pense qu’un investisseur a une tendance naturelle à investir dans un produit dans lequel il ou elle peut s’identifier», explique Lea Von Bidder, une des co-fondatrices d’Ava. «L’avantage que nous avons vis-à-vis d’autres startups Femtech est que notre produit ne concerne pas que la femme, mais le couple qui désire avoir un enfant. » La jeune Suissesse est désormais présidente d’Ava Science Inc., l’antenne américaine d’Ava AG récemment installée à San Francisco.

Lire aussi: Jawbone Up, le bracelet connecté pour mieux vivre

Le processus d’Ava est simple: La femme porte le bracelet durant la nuit puis le connecte à son smartphone au réveil pour prendre connaissance de ses valeurs hormonales sur l’app d’Ava. Elle saura ensuite si elle a une «fenêtre de fertilité» et pourra communiquer là dessus avec son partenaire. Des études cliniques récemment menées à L’hôpital universitaire de Zurich ont démontré que le bracelet détectait environ 5,3 jours fertiles par cycle avec une précision de 89%.

«À ses débuts, le bracelet Ava attirait surtout les femmes dans la trentaine qui essayaient d’avoir un enfant avec leur partenaire, » souligne Von Bidder. « Mais aujourd’hui, nous avons aussi des clientes de 20-30 ans qui souhaitent tout simplement s’informer sur leur cycle menstruel et mieux comprendre leur corps».

Expansion vers d'autres marchés

Ava avait déjà levé 2,6 millions de dollars l’an dernier et vend le bracelet sur le marché américain depuis le mois de juillet au prix de $199. Avec cette nouvelle levée de fonds, la startup compte avancer dans sa recherche, développer le produit et s’étendre sur d’autres marchés. «Les données que nous sommes en train de récolter au travers d’Ava ont une valeur énorme pour des tests cliniques additionnels concernant la grossesse, la ménopause et la contraception», explique Von Bidder. «Nous voulons pouvoir assister les femmes durant chaque étape de leur vie… Mais nous n’en sommes pas encore là!»

Le bracelet Ava sera disponible sur le marché suisse début 2017.

Lire aussi: Safelet, le bracelet connecté qui alerte en cas d'agression

Berenice Magistretti
Bérénice Magistretti

EXPERTE DE L'ENTREPRENEURIAT ET DES STARTUPS

Lui écrire

Après avoir obtenu un Bachelor en Relations Internationales de la London School of Economics, Bérénice a suivi avec un Master en Langue et Civilisation Française à la New York University sur le campus de Paris. Vu sa passion pour l’écriture, elle a travaillé comme rédactrice au sein de plusieurs publications, notamment le International Herald Tribune et L’Officiel Paris. Elle fait aussi partie du Young Advisory Committee de la Fondation Internationale pour la Population et le Développement, une ONG suisse qui finance des projets soutenant les femmes et les jeunes dans les pays en voie de développement. Quand elle n’écrit pas, Bérénice explore les quatre coins du monde: de l'Antarctique à l'Arabie Saoudite, en passant par Le Cap et Beyrouth, elle découvre le monde petit à petit!

Du même auteur:

Nestlé ouvre une base pour l'innovation à San Francisco
Ces jeunes entrepreneurs suisses qui montent à la Silicon Valley

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."