Bilan

La startup romande iRewind filme les skieurs comme des champions

Qui n'a jamais rêvé de se faire filmer comme un champion lors d'une descente de piste de ski? La startup romande iRewind propose une solution révolutionnaire basée sur une appli et un dispositif de caméras disposées au bord de la piste.
  • Grâce au smartphone et à la géolocalisation, le skieur déclenche les caméras disposées le long du parcours et qui le filment.

    Crédits: Image: iRewind
  • Les quatre Romands, camarades de classe à Saint-Gall, ont rejoint Bogdan Manoiu pour lancer l'aventure iRewind.

    Crédits: Image: iRewind
  • Les caméras sont installées le long des pistes de ski à la belle saison.

    Crédits: Image: iRewind
  • La station roumaine de Predeal, dans les Carpathes, a servi de lieu d'expérimentation.

    Crédits: Image: iRewind
  • Pour les premières pistes de Predeal, un partenariat a été signé avec Orange.

    Crédits: Image: iRewind
  • Des affiches ont été placardées au départ des pistes de Predeal pour avertir les skieurs qu'ils peuvent être filmés.

    Crédits: Image: iRewind

Les différentes épreuves de ski alpin de Sotchi sont diffusées tous les jours à la télévision. Des millions de téléspectateurs à travers la planète admirent les passages des champions de descente, de Super-G, de géant, de slalom et des autres épreuves. Pour profiter au maximum du spectacle, des dizaines de caméras sont disposées tout au long des parcours des épreuves, afin de capter la moindre envolée, la plus petite imperfection dans la trajectoire ou l'éventuelle chute. Mais à voir les sportifs de haut niveau ainsi, quel skieur n'a jamais rêvé de pouvoir être filmé ainsi?

Certes, l'apparition des caméras portatives comme la GoPro ont permis aux skieurs de réaliser des images de leurs descentes. Mais il s'agit toujours d'images embarquées, que l'objectif soit fixé sur le casque ou tenu à bout de bras ou sur une perche. A moins de disposer d'une série de caméras et d'aller skier en groupe, difficile d'avoir des images variées avec des plans larges et un suivi stable du parcours. Et même là, il faut toujours ajouter ensuite le montage des rushs afin d'aboutir à une vidéo de qualité.

Un smartphone, des caméras et de la fibre

C'est ce constat qu'a fait Bogdan Mănoiu. «Tout a débuté quand sa fille lui a demandé de lui montrer comment il skiait», raconte Christian Mauriand, l'un des cofondateurs. C'est pendant l'hiver 2011 que lui et Salvador Garcia Zalduegui rencontrent Bogdan Mănoiu sur une piste de ski. Le Roumain tente alors de filmer ses descentes pour montrer des images à sa fille. Les deux Romands, rejoints quelques temps plus tard par David Delarive et David de Picciotto, ont le même objectif. Mais au bout de deux jours de bricolages et d'essais pas réellement couronnés de succès, ils se rendent compte du potentiel d'une offre sur ce créneau. Cette équipe de cinq sportifs décide alors de se lancer dans l'aventure.

Ils se concentrent alors sur quelques notions clefs: facilité du procédé, film individualisé, multiplicité des angles et prises de vues, et immédiateté de l'obtention du film. L'outil de l'appli smartphone est rapidement choisi, notamment pour profiter de la géolocalisation. Et les cofondateurs de l'entreprise imaginent en face un dispositif de caméras chauffées (pour éviter les dégâts liés au froid) reliées par la fibre optique.

Au cours de l'hiver 2012, iRewind est créée en Roumanie (où vit Bogdan Mănoiu), avec une structure étoffée pour la R&D. Des partenariats sont conclus avec Axis, leader mondial des caméras fixes, Huawei, Cisco ou encore Orange. Et le dispositif prend forme, avec comme premier terrain d'expérience des pistes de Predeal, une station de ski située dans le massif des Carpathes. Le procédé est simple: arrivé au départ de la piste signalée par des bannières, le skieur déclenche son appli sur sur smartphone et peut alors s'élancer; au fur et à mesure de sa descente, les caméras disposées le long du parcours s'appuient sur la géolocalisation du smartphone pour se passer le relais et focaliser l'image sur le skieur; en fin de parcours, celui-ci peut directement télécharger sur son téléphone le montage vidéo réalisé quasiment en temps réel. «Nous proposons deux formules: l'une en freemium, gratuite mais avec de la pub et un montage fini, l'autre avec un abonnement payant mais sans pub et qui donne la possibilité de choisir ses plans, d'ajouter des effets et de la musique», explique David de Picciotto.

Crans-Montana, première en Suisse

A l'automne 2013, iRewind Suisse est fondée. La startup établit ses quartiers sur le campus de l'innovation de l'EPFL, où elle espère bénéficier de partenariats dans le domaine de la recherche. La société roumaine devient une filiale de iRewind Suisse. Et des projets se développent en Suisse. «La première piste équipée ici sera ouverte au début de la saison 2014-2015 à Crans-Montana», annonce Salvador Garcia Zalduegui. De même sans doute que le snowpark et un secteur pour enfants. Et d'autres stations sont d'ores et déjà intéressées.

Certes, la possibilité d'être filmé sur les pistes est déjà offerte depuis quelques mois par une solution autrichienne. Mais iRewind pousse le concept encore plus loin: alors que le système actuel se base sur une vitesse moyenne pour filmer la descente, iRewind met l'accent sur la géolocalisation. Pas question donc d'avoir un décalage entre le skieur et la caméra si le premier va trop vite. Autre atout des Romands: la possibilité offerte de personnaliser la vidéo en disposant de rushs et en ajoutant effets, musiques ou sons. De plus, une fonction direct est possible, afin que les parents ou la famille restée loin des pistes puisse admirer les progrès des enfants. Enfin, iRewind permet au skieur de télécharger le film de sa descente sur son smartphone directement au terme de la piste...

En plus de l'intérêt des skieurs, le dispositif iRewind intéresse d'autres acteurs des sports d'hiver. Le système offre une possibilité d'envoyer des alertes au cas où le parcours du skieur s'arrête brusquement. En cas de chute, les pisteurs et équipes de secours pourraient ainsi être prévenus en cas de chute. Mais un intérêt de sponsors et d'annonceurs pourrait aussi émerger: «Une loi récemment votée aux USA interdit 98% de la pub jusque là autorisée en plein air: les annonceurs vont donc tenter de rentabiliser au maximum les emplacements possibles», précise Christian Mauriand. Disposer d'emplacements au bord de cette piste filmée et qui donc se retrouveraient diffusés sur les réseaux sociaux et les plateformes de partage de vidéos, ou acheter de la pub directement sur les films iRewind envoyés aux skieurs pourrait donc constituer un créneau extrêmement porteur pour des annonceurs.

VTT, marathon et bientôt d'autres sports

«Cependant, si l'aventure a débuté sur les pistes de ski, d'autres disciplines sont d'ores et déjà concernées», glisse David Delarive. Les parcours VTT et le marathon figurent déjà dans le carnet des activités iRewind. Pour capter au mieux les images de ces épreuves, d'autres dispositifs sont mis au point par la startup que ceux élaborés pour le ski (15 à 18 caméras au km): caméras alimentées par des cellules photovoltaïques, drones pour filmer les départs massifs en plongée,... Mais demain, d'autres disciplines seront dans le viseur des caméras d'iRewind: tennis, golf, basket-ball, mini football... Des contacts ont d'ores et déjà été noués avec des clubs, des fédérations et des sites hébergeant des installations dévolues à ces activités.

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."