Bilan

La start-up Tomplay renouvelle l’expérience musicale

Pouvoir jouer chez soi comme avec un orchestre, s’enregistrer et se réécouter, sont parmi les potentialités de la partition interactive Tomplay. Une approche plus dynamique et ludique de la répétition musicale, à découvrir dans la série "Les Intrépides" proposée par la RTS.

En même temps qu’il joue, l’instrumentiste peut à l’aide d’un casque superposer tout un orchestre pour s’accompagner, et s’enregistrer s’il le souhaite.

Chez Alexis et Thomas Steinmann, pianistes tous deux, la musique est une affaire de famille. L’entrepreneuriat également. A peine un an après sa sortie de bachelor, obtenu en 2013 à l’université de Saint Gall, Alexis se lance à plein temps dans le développement de la partition interactive Tomplay. Cofondée avec son père Thomas, professeur à HEC Lausanne, la start-up s’attaque à une institution inchangée pendant plusieurs siècles: la partition musicale.

L’idée germe en 2013, du constat qu’il est souvent décourageant pour les musiciens de s’exercer seuls pendant des heures. Pour y répondre, les deux créateurs mettent au point un outil voulu plus attractif, disponible sur PC, mac et tablettes, qui modernise les fondamentaux.

En même temps qu’il joue, l’instrumentiste peut à l’aide d’un casque superposer tout un orchestre pour s’accompagner, et s’enregistrer s’il le souhaite. La synchronisation est assurée par un curseur qui se déplace le long de la portée, le tempo restant adaptable aux progrès du musicien. Des mesures peuvent être isolées et passées en boucle avec l’accompagnement pour un entrainement plus ciblé.

Collaborations

Le concept fait son chemin et plus de 4000 partitions ont pu être vendues en 2015. Alexis et Thomas Steiner ambitionnent d’étendre le catalogue de 300 au début de l’année à plus de 3000 références d’ici fin 2016. Un travail de production conséquent qui nécessite la collaborations d’une centaine de musiciens, éditeurs, compositeurs et copistes, mais également des accords avec certaines maisons de production pour élargir l’offre depuis le classique vers des genres musicaux plus contemporains.

«Grâce à nos contrats conclus avec Sony, Universal ou Walt Disney, nous allons notamment sortir de nombreuses partitions pop et rock, souligne Alexis Steinmann. Nous avons par exemple reçu les droits pour «Hello» d’Adèle, «Counting stars» de One Republic, ou «Knocking on heavens door» de Bob Dylan».

Proposer un large panel de références devient essentiel sur un marché de plus en plus concurrentiel. La startup française Weezic rachetée en 2015 par l’américain MakeMusic se positionne ainsi sur un créneau similaire. Tomplay dispose toutefois d’une bonne visibilité et s’appuie sur la qualité de l’expérience utilisateur. Les 700 musiciens qui ont testé le produit lui ont attribué une note moyenne de 4.8/5, un retour encourageant.

Joan Plancade
Joan Plancade

JOURNALISTE

Lui écrire

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Du même auteur:

Les sociétés de conseil rivalisent avec l’IMD
Comment la sécurité se déploie aux frontières entre la France et la Suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."