Bilan

La start-up Lilium invente le taxi des airs

La start-up munichoise Lilium a mis au point un appareil peu bruyant en forme d'oeuf qui décolle à la verticale qui vole de ville en ville. Le prototype de cet avion de 5 places fonctionnant à l'électricité a été testé avec succès ce printemps.
  • La start-up Lilium a développé le prototype d'un appareil qui pourrait véhiculer la clientèle d'une ville à l'autre en un temps record.

  • Dans Le cinquième élément de Luc Besson (1997), des capsules silencieuses parcourent la ville avec parmi elles des voitures de police.

Vous aimez les films de science-fiction? Dans ces villes futuristes, des capsules se déplacent en silence dans les airs et se croisent à différents niveaux des gratte-ciel. Et bien aujourd’hui, nous n’en sommes plus très loin. La start-up munichoise Lilium a développé un prototype qui aurait parfaitement sa place dans le prochain Star Wars. L’engin électrique en forme d’œuf a été testé avec succès en avril dernier. Les investisseurs semblent d’ores et déjà convaincu de la viabilité du projet. Lors d’une seconde ronde de financement, Lilium a levé 90 millions de francs, ce qui porte à 100 millions le montant total mis à disposition de l’entreprise. 

Lire aussi: Des avions supersoniques plus rapides que le Concorde

Baptisée Lilium en référence au pionnier de l’aéronautique Otto Lilienthal, la compagnie emploie 70 collaborateurs. Fondée par Daniel Wiegand et trois autres diplômés de l’université de Munich, la société a récemment engagé le Suisse Remo Gerber en tant que chef des finances, rapporte la Neue Zürcher Zeitung. Au bénéfice d’un master de l’Ecole polytechnique fédérale de Zurich, Remo Gerber a ensuite obtenu un doctorat en biophysique à Oxford. Le Zurichois est connu au sein de la scène des start-up pour avoir lancé Gett, un concurrent de MyTaxi et Uber.

Dans son état actuel, la technologie utilisée pour stocker l’énergie dans les batteries permet de voler à 300 km/h sur une distance de 300 kilomètres. De que quoi faire Genève-Zurich en quelque 60 minutes. L’appareil décolle et se pose à la verticale. En conséquence, il ne nécessite pas la construction d’importantes installations au sol. Une fois atteint l’altitude souhaitée, l’engin passe au mouvement horizontal et vole jusqu’au moment où il a atteint sa destination.

Des tarifs destinés au grand public

Le prototype de l’appareil comporte deux places seulement. La prochaine étape consiste à augmenter la capacité de la capsule à cinq occupants, soit un pilote et quatre passagers. Lilium compte passer ce jalon d’ici deux ans afin de lancer les premiers vols commerciaux à l’horizon 2019. Défi supplémentaire, l’appareil doit être développé à des coûts raisonnables car la start-up vise une utilisation grand public, avec des trajets proposés à des prix accessibles. La capsule est vraiment conçue comme un «taxi des airs» et non comme un jet privé réservé aux ultra-riches, soulignet les fondateurs à la NZZ.

Lire aussi: Mi-avion, mi-hélicoptère, le prototype de la NASA

Chez Lilium, on évoque d’ores et déjà des possibilités de collaboration avec des sociétés de mobilité, ainsi que des compagnies aéronautiques et ferroviaires. La start-up est en relation avec l’Agence européenne pour la sécurité aérienne et envisage une certification par les autorités pour les années qui viennent. Pour l’heure, la firme s’attèle à recruter les physiciens, ingénieurs et mécaniciens qui vont mener le projet à bien, grâce aux moyens dégagés par la dernière ronde de financement. L’effectif devrait rapidement doubler.

 

 

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."