Bilan

La seconde vie de Snapchat, le Facebook des jeunes adultes

Fini l'avalanche de sextings qui disparaissent après quelques secondes. Le réseau lancé en 2011 séduit aujourd'hui une jeune génération qui boude Facebook. La start-up a lancé une offensive pour se profiler en tant que média à part entière.
  • Le lancement de la campagne du républicain Jeb Bush a été rapporté par Snapchat.

  • Aux Etats-Unis, 60% des 12-25 ans utilisent Snapchat.

  • Pesant plusieurs milliards de dollars, Evan Spiegel fait la une des magazines people en raison de sa liaison avec le modèle Miranda Kerr.

  • Deux ans après l'offre de rachat par Facebook à 3 milliards de dollars, Snapchat pèse entre 15 et 16 milliards de dollars.

  • Aujourd'hui CEO, Evan Spiegel a créé Snapchat en 2011, à l'âge de 21 ans, alors qu'il était étudiant à Stanford.

  • Après s'être fait connaître comme diffuseur de sextings, Snapchat revendique aujourd'hui un statut de media à part entière.

  • Journaliste politique de CNN, Patrick Hambry a été débauché par Snapchat pour couvrir les élections présidentielles de 2016.

“J’ai des potes qui envoient sur Snapchat jusqu’à 20 messages vidéo par jour pour se montrer en train de réviser. C'est ridicule. Moi j’utilise plutôt l’appli pour des occasions particulières, si je suis dans une fête par exemple. Comme les messages disparaissent, ça n’encombre pas la mémoire du téléphone. » A l’instar d’une part croissante de jeunes adultes, Marco* (22 ans) ne communique pas avec ses amis sur Facebook, mais sur Snapchat. L'application comprend toute une palette d’outils pour modifier et détourner les images. « C’est fun », selon Marco. Participant à l’essor de l’internet mobile, Snapchat n’est disponible que sur téléphone portable, à la différence de Twitter et Facebook également présents sur le réseau fixe.

Fondée en 2011 par Evan Spiegel (25 ans) et Bobby Murphy (26 ans), Snapchat connaît le succès grâce à une messagerie instantanée basée sur le principe de photos qui s’autodétruisent après quelques secondes. Un vecteur idéal pour les photos coquines. Ses utilisateurs ont connu des sueurs froides lorsque l’appli a été piratée l’année dernière. La réussite est telle qu'en 2013, Facebook propose 3 milliards de dollars pour racheter Snapchat. Une offre que les fondateurs déclinent poliment. Avec raison. La société pèse aujourd’hui entre 15 et 16 milliards de dollars, après un dernier tour de table auquel le géant du commerce en ligne chinois Alibaba aurait contribué à hauteur de 200 millions de dollars. Pour la petite histoire, Evan Spiegel fait ces jours la une des journaux people en raison de sa liaison avec le modèle Miranda Kerr.

Snapchat a ses champions de l’audience qui maîtrise ce nouvel art de raconter des histoires en accumulant des séquences de 10 secondes. L’Américain Casey Neistat figure parmi les plus connus.

« Plus de 60 % des 18-34 ans qui ont un smartphone aux Etats-Unis sont des “Snapchatters” », soutient Jill Hazelbaker, vice-président de la communication de Snapchat. La compagnie a lancé en 2014 un format « Story » qui permet de diffuser vidéo et photos. Snapchat vient concurrencer les télévisions autant que les géants Google et Facebook pour séduire les annonceurs. «C'est un peu comme si les jeunes avaient une télévision dans la poche», résumait Evan Spiegel devant un parterre de publicitaires réunis ce printemps pour le Cannes Lions. Le canal est déjà utilisé par McDonald’s.

Dans la course pour couvrir les élections aux Etats-Unis

En 2015, fini les sextings. Snapchat se comporte comme un média à part entière avec l’introduction de Discover qui permet de diffuser des contenus télévisés et du direct. L'année dernière, la start-up a recruté des journalistes en vue de la couverture de la présidentielle de 2016. Puis en avril, elle a débauché Peter Hambry, journaliste politique star de CNN. Snapchat a noué des partenariats avec Vice, le Daily Mail et Sky News et même avec le Wall Street Journal. « Discover est un énorme succès », affirme Peter Hambry, qui met en avant la croissance galopante de l'audience. « Snapchat offre des directs depuis les grands évènements, avec le potentiel d’amener les utilisateurs dans des endroits nouveaux  », vante le journaliste.

Lors du lancement de la campagne d’Hillary Clinton, le 13 juin à Roosevelt Island, des collaborateurs de Snapchat ont sélectionné les “snaps” émis par les utilisateurs grâce à un système de géolocalisation. Ils ont ensuite réalisé un montage des photos et vidéos qui permet de vivre l’événement de l'intérieur. Même démarche avec Je Bush. Snapchat a fait une « Live Story »  en diffusant photos et vidéos de l’évènement en temps réel.

Vous n’avez encore jamais utilisé Snapchat ? Voici une immersion avec youtubeur français Cyprien.

*Prénom changé

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."