Bilan

La puce des consoles de jeux contrôle les voitures

Nvidia, leader des interfaces graphiques, entend donner à chaque véhicule l’intelligence d’un superordinateur.

Si vous n’êtes pas un joueur invétéré de jeux vidéo, il y a peu de chances pour que vous ayez entendu parler de Nvidia. Créé en 1993, ce fabricant de microprocesseurs a construit un quasi-monopole dans les PC et les consoles de jeux, avant de détrôner Intel et AMD dans les plus puissants ordinateurs du Pentagone et du gouvernement chinois comme dans ceux des banques de Wall Street ou des services d’imagerie médicale des hôpitaux. La raison de ce succès? Des puces multicœurs (512) donc multitâches, très efficaces pour traiter les images de nos tablettes Galaxy, de nos smartphones HTC ou de nos MacBook. Nvidia entend maintenant s’imposer dans les Audi, BMW et autres Lamborghini connectées. «A partir de 1999, Nvidia est devenue omniprésente dans les bureaux d’études des fabricants de voitures, explique Danny Shapiro, le responsable de la stratégie automobile de l’entreprise. Il y a cinq ans, les ingénieurs, et singulièrement ceux d’Audi, se sont demandé si nos chips n’avaient pas vocation à devenir le cœur de l’intelligence embarquée de leurs futurs véhicules.» Sentant le potentiel, l’entreprise californienne crée en 2007 une petite division automobile en Europe. Elle grandit rapidement à 120 ingénieurs. A l’exception de Renault et Mercedes, elle équipe désormais tous les constructeurs européens.

Les visiteurs du stand d’Audi au Salon de l’auto de Genève comprendront pourquoi Nvidia et Audi ont commencé par greffer les images de Google Earth en live et en 3D sur le GPS du véhicule afin d’obtenir un rendu hyperréaliste des informations de navigation. Nvidia a aussi rendu possible le développement d’une caméra à vision nocturne qui signale piétons et obstacles la nuit. La prochaine étape, c’est un triple système d’affichage tête haute sur le pare-brise des Audi qui permet au passager de naviguer sur Internet, par exemple pour trouver un hôtel, puis de partager cette information avec le conducteur, qui l’entre dans un système de navigation qui «augmente» le pare-brise des directions en relief pour se rendre à cet hôtel.

Personnaliser son tableau de bord

Spectaculaires, ces applications sont les premiers exemples de ce que prépare le mariage des puces graphiques avec la voiture. La Tesla S est ainsi équipée de deux puces. L’une contrôle le système multimédia et l’autre les instruments via un écran tactile de 17 pouces qui remplace tous les boutons. Du coup, le tableau de bord LCD de cette berline est personnalisable. On télécharge un look vintage, design, etc., pour son compteur de vitesse ou sa jauge. Nvidia peaufine aussi des options comme la visualisation de son carnet d’adresses Facebook ou de sa playlist de musique sur iTunes en fond de ce tableau de bord. La multiplication des écrans dans la voiture offre une multitude d’opportunités au leader des interfaces graphiques. Mais Nvidia développe aussi, en particulier avec BMW, des systèmes d’aide à la conduite qui permettent déjà le parking en créneau automatique ou la décélération préventive dans les embouteillages. Derrière se profilent la connectivité avec d’autres véhicules et les systèmes de transport pour réduire les accidents et fluidifier le trafic. Nvidia a compris que ses processeurs peuvent non seulement jouer le rôle d’interface entre les quelque 60 contrôleurs électroniques qui équipent en moyenne les voitures mais aussi avec les passagers et les systèmes routiers. Ce nouveau marché lui a déjà permis de vendre 2 millions de processeurs depuis trois ans. L’entreprise s’attend à une multiplication par dix de ce chiffre d’ici à 2015.

Les autres articles de ce dossier:

Nous avons soulevé le capot de la voiture du futur Le son? Peugeot a une application pour ça L’industrie parie sur la voiture sans conducteur Le design d’intérieur, ou l’art de l’infime détail

Crédit photo: Dr

Dossier réalisé

Aucun titre

Lui écrire

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."