Bilan

La première auto solaire pour quatre personnes roule aux USA

Et si les automobiles photovoltaïques n'étaient plus seulement des concept-cars designés pour un seul pilote engagé sur circuit? La première voiture solaire pour quatre personnes fait actuellement une tournée aux Etats-Unis.
  • La première voiture solaire photovoltaïque pouvant embarquer quatre personnes effectue actuellement une tournée aux Etats-Unis.

    Crédits: Image: Stella
  • Stella présente un profil très près du sol pour limiter le frottement de l'air.

    Crédits: Image: DR
  • Le dessus du véhicule est intégralement recouvert de cellules photovoltaïques qui alimentent les batteries de l'auto.

    Crédits: Image: DR
  • Quatre personnes peuvent embarquer dans la voiture solaire.

    Crédits: Image: DR
  • Avec sa capacité d'embarquer quatre personnes et des bagages dans un coffre tout en ayant une autonomie enviable, Stella suscite un intérêt croissant.

    Crédits: Image: DR

Pour rouler en voiture solaire photovoltaïque, il fallait jusqu'à présent enfiler casque et combinaison, se rendre sur un circuit fermé et prendre place dans un véhicule relevant davantage de la fusée sur roues que de l'automobile traditionnelle. Loin, bien loin des voitures familiales traditionnelles où plusieurs personnes peuvent prendre place, de deux à sept selon la capacité.

Avec Stella, tout ceci pourrait changer. Stella, c'est le concept-car photovoltaïque le plus innovant du marché: une vraie voiture avec quatre sièges capable de parcourir jusqu'à 800km avec une charge grâce à un toit entièrement couvert de cellules photovoltaïques qui alimentent une batterie.

Trois passagers et un conducteur

Certes, le design tranche encore avec les automobiles issues des chaînes de montage des constructeurs traditionnels. Mais pour la première fois, il est possible à trois passagers et un conducteur de parcourir d'importantes distances dans un véhicule mû par les rayons du soleil de la même manière que s'ils étaient installés dans n'importe quel autre modèle de voiture classique.

Et c'est bien ce que réalisent en ce moment Lex Hoefsloot et ses trois compagnons: cet étudiant de l'Université d'Eindhoven, aux Pays-Bas, et ses compagnons ont mis au point Stella pour le World Solar Challenge en Australie voici près d'un an. Mais, s'ils ont remporté le prix Michelin Cruiser Class à cette occasion, les concepteurs ne visaient pas prioritairement un record de vitesse ou d'autonomie: leur objectif était clairement de s'approcher le plus possible d'une automobile apte à embarquer plusieurs personnes pour prendre le relais des voitures à moteur à combustion actuelles.

Confort, équipements, esthétique et coffre

«Après la course à Adelaïde, nous avons été jugés sur divers critères comme le confort, les équipements, le style et l'esthétique, mais aussi la capacité à se garer dans un emplacement ou le volume de chargement du coffre», expliquent les étudiants néerlandais.

 

«Nous avons établi les nouveaux standards. Après un an et demi de dur labeur, nous n'avons pas seulement prouvé que la première voiture familiale mûe par le soleil est désormais une réalité, mais nous avons aussi remporté ce concours mondial», se réjouit Lex Hoefsloot.

Soucieux de pousser plus loin leur projet et de voir prochainement rouler des véhicules solaires sur les routes au quotidien, les étudiants néerlandais ont franchi l'Atlantique et ont entamé une tournée américaine de démonstration. Tournée qui est passée par la Californie et notamment la Silicon Valley.

 

Là, au pays de Tesla (dont le Model S affiche une autonomie déjà record de 500km), ils ont tenté de convaincre des investisseurs et des spécialistes de la high tech de se lancer dans l'aventure, à travers des démonstrations quotidiennes comme celle proposée à TechCrunch.

«»

Matthieu Hoffstetter
Matthieu Hoffstetter

JOURNALISTE À BILAN

Lui écrire

Titulaire d'une maîtrise en histoire et d'un Master de journalisme, Matthieu Hoffstetter débute sa carrière en 2004 au sein des Dernières Nouvelles d'Alsace. Pendant plus de huit ans, il va ensuite couvrir l'actualité suisse et transfrontalière à Bâle pour le compte de ce quotidien régional français. En 2013, il rejoint Bilan et se spécialise dans les sujets liés à l'innovation, aux startups, et passe avec plaisir du web au print et inversement. Il contribue également aux suppléments, dont Bilan Luxe. Et réalise des sujets vidéo sur des sujets très variés (tourisme, startups, technologie, luxe).

Du même auteur:

Offshore, Consortium, paradis fiscal: des clefs pour comprendre
RUAG vend sa division Mechanical Engineering

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."