Bilan

La plate-forme C-Crowd recrute une star de l’IMD

Spécialiste du capital-risque, Benoît Leleux rejoint le conseil stratégique du site de financement participatif pour jeunes pousses.
  • Benoît Leleux est titulaire de la chaire Stephan Schmidheiny d’entreprenariat de l’IMD. Crédits: Flusin
  • Robot de nettoyage créé par LW Robot. La start-up cherche à lever des fonds sur C-Crowd. Crédits: Swiss-Image

Elles s’appellent LW Robot, Lovebox ou bien encore Triguri Brand. La première a créé un robot de nettoyage, la deuxième est derrière le sex-shop en ligne fiftyshades.ch et la troisième a créé une marque de viande. Rien à voir a priori sauf que toutes ces start-up suisses sont présentes actuellement sur le site C-Crowd pour lever des montants allant de 100  000 à 2,7  millions.

A la différence de la plupart des sites de financement participatif, cette plate-forme basée à Zurich ne propose ni de précommander des produits ni de préfinancer des projets humanitaires ou artistiques. Non. C-Crowd propose simplement à tout un chacun de devenir capital-risqueur en entrant au capital de ces jeunes pousses. D’acheter des actions, autrement dit.

Investisseurs responsables

N’est-ce pas risqué, demandez-vous? Si, ça l’est. Mais C-Crowd a institué un certain nombre de filtres pour réduire les risques dans la mesure du possible. D’abord,
elle a mis en place un processus de contrôle strict avant de publier les projets de crowdfunding. Parmi ces mesures, l’obligation faite aux heureux bénéficiaires du financement d’être constitués en  société anonyme, avec toutes les obligations qui en découlent. 

De plus, C-Crowd s’est associée à la plate-forme néerlandaise Equidam pour fournir aux investisseurs un rapport détaillé d’une quinzaine de pages donnant une estimation de la valeur de la start-up. Ce rapport, vendu 300  euros, de même que la commission de 10% de C-Crowd en cas de succès de la levée de fonds sont
à la charge des entreprises émettrices.

Deux ont déjà réussi à se financer par ce biais: Design Thinking, un spin-off de la Haute Ecole de Saint-Gall qui a levé 110 000  francs, et la franchise de costumes sur mesure SuitArt qui s’est recapitalisée à hauteur de 550 000  francs. «Les capital-risqueurs investissent dans un très faible pourcentage des dossiers qui leur sont présentés, relève le CEO de C-Crowd Philipp Steinberger. Il est nécessaire de créer de nouveaux canaux de financement pour ces entrepreneurs-là.»

«Tant que l’on reste dans des montants raisonnables», confirme Benoît Leleux, titulaire de la chaire Stephan Schmidheiny d’entreprenariat de l’IMD.

Celui-ci vient de rejoindre le conseil stratégique de C-Crowd: «La réglementation peut rester légère afin de pas alourdir ces plates-formes d’une bureaucratie coûteuse. Cela ne veut pas dire qu’il n’y aura pas d’accident, mais le droit de se tromper fait partie du processus de démocratisation de l’investissement dans les start-up. La liberté d’investir est essentielle pour développer une culture responsable et critique chez les investisseurs.»

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."