Bilan

La course aux contenus virtuels s’accélère

La multiplication des lunettes de réalité virtuelle stimule les storytellers, des grands studios de Hollywood aux start-up suisses.

Le patron de Facebook au milieu de journalistes casqués par Samsung.

Crédits: Dr

Oculus Rift, HTC Vive, Samsung Gear VR, LG 360 VR… Entre le Consumer Electronics Show (CES) de Las Vegas et le Mobile World Congress de Barcelone, les géants de l’électronique ne cessent de lancer de nouveaux casques de réalité virtuelle. Et derrière, les grandes banques comme Goldman Sachs y vont déjà de leurs prévisions d’un marché dépassant celui de la télévision d’ici à dix ans.

Lire aussi: Les startups suisses se lancent dans la réalité virtuelle 

Vu les réactions outragées sur les réseaux sociaux après la publication de la photo du patron de Facebook circulant tout sourire au milieu d’un parterre de journalistes casqués par Samsung, on peut cependant nourrir quelques doutes sur cette offensive commerciale mastodonte. Seule certitude: comme toujours en matière de média, le contenu sera roi. C’est dans ce domaine que la course démarre.

Les grands studios de Hollywood comme Disney, Fox ou Warner sont très intéressés, mais ils appliquent leurs modèles d’affaires indirects. Autrement dit, ils achètent et distribuent la production d’une myriade de petits studios. Certains viennent du cinéma, mais beaucoup sont nouveaux parce que le mode d’écriture des contenus de réalité virtuelle est différent. Leur modèle d’affaires est un hybride de celui de la Silicon Valley et de Hollywood.

Un modèle d’affaires hybride

Jaunt, Felix & Paul Studios et VideoStitch, qui ont développé des caméras 360 degrés, sont ainsi partis de la technologie pour vendre, comme NetFlix, un catalogue de contenus virtuels téléchargeables. Rassemblant des développeurs venus du monde du jeu comme des anciens du cinéma et de la télévision, The Rogue Initiative est, elle, financée par des capital-risqueurs (Presence Capital et The VR Fund), mais produit ses contenus comme des films avec chaque fois des véhicules financiers spéciaux. 

Si le gros de l’action est à Los Angeles, plusieurs start-up suisses de réalité virtuelle comme Apelab, Artanim Interactive, Birdly et MindMaze sont bien positionnées sur ce marché émergent. «On voit de plus en plus de demandes pour des projets en bonus de films comme The Martian ou Wild, explique Caecilia Charbonnier, chez Artanim Interactive. Mais le caractère immersif de la réalité virtuelle intéresse aussi les jeux, la pub et de plus en plus le journalisme.» 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."