Bilan

La carte à jouer de la Suisse dans la «Sportstech»

SportsTechx a publié son second rapport sur la «Sportstech» en Europe. L’industrie se développe à grande vitesse, et la présence de fédérations internationales en Suisse en font un bon endroit pour se démarquer.

L'accumulation et la gestion des données des fans font partie des axes d'amélioration possibles à l'avenir.

Crédits: DR

La Suisse abrite de nombreuses fédérations internationales de sport. Autant la gymnastique, que le football ou encore le basket ont choisi d’installer leur siège en terres helvétiques. Cette présence forte d’acteurs du monde du sport enjoint la Suisse à se démarquer dans le domaine de la «Sportstech». Un domaine qui fait l’objet d’un rapport publié mercredi par SportsTechX, un spécialiste de l'écosystème sportif dans le monde. Conclusion : la Suisse se défend bien contre ses voisins européens.

Un marché à plusieurs facettes

Par «Sportstech», le rapport entend ce qui relève de l’esport que de l’organisation, les bracelets connectés, les outils de coaching ou des plateformes sociales liées au sport. Parmi les start-up interrogées dans le rapport figure Peerspoint. Son CEO Laurent Manca détaille sa solution pour gérer une fédération ou une ligue sportive, à travers la blockchain.

    D’autres acteurs du secteur sont présents en Suisse. ThinkSport, le réseau basé à Lausanne, est salué pour son travail. Il réunit entreprises, fédérations et instituts académiques. ThinkSport tente de capitaliser sur les possibilités d’innovations et de synergies entre ces différentes entités liées au monde du sport.

    Le plus de fonds récoltés ? Une société suisse

    Des 10 entreprises ayant récolté le plus de fonds dans le domaine des Sportstech en Europe, ce sont les St-Gallois de Sportradar qui sont en tête. Ils collectionnent et analyss les données sportives, ont pu récolter 84 millions d’euros en tout, eux qui ont été fondés en 2001. A titre de comparaison, Otro, le réseau social destiné aux fans de foot, a permis la levée de 57 millions d’euros. A noter que Otro avait lancé une campagne marketing visible sur Instagram, et a pu compter sur le soutien de nombreuses stars du foot telles que Lionel Messi, Neymar Jr, David Beckham ou encore Paulo Dybala.

    Les montants totaux d’investissement ont augmenté au cours des dernières années, tandis que le nombre de levées de fonds a diminué. Ceci s’explique selon le rapport par la maturité du marché, qui pousse vers des sommes plus importantes investies dans des projets plus avancés.

    Invest-Nbre-Tour

    Les investissements s'érodent en Suisse ?

    Sur une période comprise entre 2014 et 2018, la Suisse est le cinquième pays ayant récolté le plus de fonds dans le secteur. Les investissement ont toutefois diminué au fil des années.

    Graph-Top5-Countries

    3 enjeux pour le futur

    Le rapport se permet plusieurs prévisions concernant le futur. Tout d’abord, les données des fans sont essentielles. SportstechX souligne que malgré diverses tentatives, aucune entreprise n’a pu briller dans cette catégorie. Des programmes créés par des grands clubs tentent de fidéliser les supporters et comprendre leur comportement.

    Les fonds dédiés spécialement à la «Sportstech» vont également se multiplier, selon les experts qui ont rédigé le rapport. Ils prennent pour exemple Sapphire ventures, qui a annoncé la plateforme d’investissements Sapphire Sport. Celle-ci est compte entre autres Adidas et City Football Group, elle-même une société faîtière qui administre les relations entre les clubs liés à Manchester City. Sont donc concernés Melbourne City ou encore New York City.

    Enfin troisième constat qui ramène à Peerspoint en Suisse : la technologie de la blockchain devrait être davantage utilisée à l’avenir. «C’est juste une question de temps» peut-on lire dans le dossier.

    Garciarebecca1
    Rebecca Garcia

    JOURNALISTE À BILAN

    Lui écrire

    Rebecca Garcia a tout juste connu la connexion internet coupée à chaque téléphone. Elle a grandi avec la digitalisation, l’innovation et Claire Chazal. Elle fait ses premiers pas en journalisme sportif, avant de bifurquer par hasard vers la radio. Elle commence et termine ensuite son Master en journalisme et communication dans son canton de Neuchâtel, qu’elle représente (plus ou moins) fièrement à l’aide de son accent. Grâce à ses études, elle découvre durant 2 mois le quotidien d’une télévision locale, à travers un stage à Canal 9.

    A Bilan depuis 2018, en tant que rédactrice web et vidéo, elle s’intéresse particulièrement aux nouvelles technologies, aux sujets de société, au business du sport et aux jeux vidéo.

    Du même auteur:

    A chaque série Netflix son arôme de cannabis
    Twitch: comment devenir riche et célèbre grâce aux jeux vidéo

    Bilan vous recommande sur le même sujet

    Les derniers Articles Techno

    Les newsletters de Bilan

    Le cercle des lecteurs

    Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


    Image Footer

    "Tout ce qui compte.
    Pour vous."