Bilan

L’internet des objets s’invite à la cave

La start-up vaudoise Evoé Wine Technologies prépare une suite de logiciels qui fait entrer le vin dans l’ère des objets connectés.

De la reconnaissance d'étiquettes à la gestion automatisée des caves, Evoé Wine Technologies développe une approche intégrée du commerce en ligne du vin.

Crédits: DR

Annoncé de longue date, le boom des objets connectés, de tous les objets, est en train de se matérialiser. Evoé Wine Technologies s’apprête à l’appliquer au monde du vin. Née de la fusion entre la startup suisse lacavevivante.ch et l’application mobile française Winewoo, l’entreprise combinera un système de gestion des vins en cave professionnelle et amateur  basée sur les puces sans fil RFID avec une sorte de «Shazam» du vin. Une technologie qui permet d’identifier une bouteille à partir d’un smartphone puis de la commander en ligne.

Artisan de cette fusion, le serial entrepreneur suisse Jean-Pierre Rosat explique : «Le marché du vin représente 110 milliards de dollars dans le monde mais la part d’internet dans ce commerce reste limité à 7%. Evoé Wine Technologies entend largement augmenter cette proportion en simplifiant toute la chaine de valeur, de la cave à la table, avec des technologies numériques. »

Créée en mars 2013, lacavevivante.ch avait ainsi commencé par moderniser le carnet de cave en automatisant la saisie des bouteilles et leur suivi grâce à une puce RFID placée sur l’étiquette. «Les restaurants et les hôtels diminuent ainsi leurs stocks et se réapprovisionnent automatiquement  par un système de drop-shipping», explique l’entrepreneur. La technologie s’est aussi révélée attractive pour les acheteurs privés dont les stocks de vins en cave deviennent ainsi disponibles sur une vaste place de marché. Depuis quelques années, de nombreux acheteurs de vins en primeur conservent, en effet, une partie de leur bouteilles avec l’objectif de les vendre plus cher lorsqu’elles auront atteint la maturité. En simplifiant la traçabilité de leurs caves, lacavevivante.ch leur donne la possibilité d’être facilement présent sur le marché gris. 

Le Shazam du vin

Dans ce contexte, Jean-Pierre Rosat a découvert une technologie complémentaire développée à Bordeaux par Kasual Business. Après avoir créé SmartBordeaux pour le compte de l’interprofessionel des vins de Bordeaux, cette start-up a développé l’application mobile Winewoo pour l’ensemble des vins français. Elle permet, à partir d’une simple photo de l’étiquette, d’obtenir des informations tels que sol, cépage, élevage, bouquet et conseils de dégustation.

Et, contrairement à Vivino, la principale application concurrente, Winewoo ne compte pas que sur les utilisateurs pour alimenter sa base de données. Elle a profité de son lien avec les professionnels pour remonter directement à la source. En utilisant les fichiers des adhérents des inter-professions viticoles, elle référence actuellement 80% de la production française, soit 100 000 fiches de vins. En y ajoutant les vins d’Espagne, d’Italie et d’autres grands pays de production sa base de données est prévu dépasser le million de références à la fin de l’année.

Le mariage de Winewoo avec lacavevivante.ch étend les fonctionnalités pour donner naissance à une plateforme dynamique de commerce en ligne de vins. L’application donne, en effet, la possibilité d’acheter le vin identifié, par exemple dans un restaurant, au travers d’une plateforme qui cherche le meilleur prix non seulement sur des sites internet spécialisés, chez des vignerons et des négociants partenaires mais aussi sur le marché secondaire et chez des amateurs. La livraison est ensuite assurée par des services de type Fedex ou DHL.

L’entreprise tirera ses revenus d’une petite commission sur les ventes. «A cela va s’ajouter la valeur du big data », explique Jean-Pierre Rosat. «Les professionnels pourront savoir qui s’intéressent à tel ou tel vin ? Qui le stocke ? Après combien de temps il est consommé ? » 

La fusion à 50/50 des deux partenaires prévoit que la nouvelle entité aura son siège en Suisse et que l’actuel CEO de Winewoo, David Ducourneau, rejoigne Jean-Pierre Rosat à la tête de la nouvelle entité. Evoé Wine Technologies finalise un tour de table de trois millions d’euros auprès d’investisseurs privés afin de financer ses futurs efforts de marketing et de vente. 

Retrouvez plus d’informations sur le vin et la gastronomie dans notre nouveau supplément Au fil du goût en kiosque avec Bilan le 10 juin prochain.

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."