Bilan

L’internet des objets fait souffler le chaud et le froid

Des technologies d’avant-garde sont d’ores et déjà une réalité pour le spécialiste de la climatisation Walter Meier. A la clé, moins de pannes et une utilisation optimale des installations.

La firme zurichoise Walter Meier est active dans les équipements du bâtiment.

Crédits: Dr

«Tout est allé très vite. Nous avons eu les premiers contacts avec Swisscom pour lancer ce projet IoT, ou internet des objets, à l’automne 2015. Nous allons arriver au terme de la phase d’ajustement d’ici à la fin de l’année. Une douzaine d’installations sont déjà en test chez des clients en Suisse. D’autres doivent suivre ces prochains mois», indique Thomas Grolp, responsable des technologies internet chez Walter Meier. Cette importante entreprise active dans les équipements du bâtiment effectue actuellement un travail de pionnier en collaboration avec Swisscom. Alors que Walter Meier n’a rien d’une start-up technologique, la firme zurichoise s’est néanmoins convertie aux derniers développements disponibles dans le domaine de l’IoT, afin d’améliorer son offre sur le marché. 

Le principe de base est simple: les installations de climatisation sont constamment connectées à internet, sans recours à une intervention humaine. La plate-forme IoT Cloud Swisscom assure la gestion des appareils et des données. Le Swisscom Analytics Cloud fait de son côté des calculs combinant les données météorologiques et l’utilisation des climatiseurs. Les informations qui en découlent permettent d’optimiser le fonctionnement de l’appareil et de réduire les notes d’électricité. Forte de quelque 800 employés, Walter Meier se profile comme le premier grossiste en climatisation de Suisse. Les appareils sont exclusivement installés par ses partenaires de distribution. Son réseau national compte une cinquantaine de sites et emploie 300 techniciens prêts à intervenir en cas de panne.

Une croissance exponentielle

L’expression «Internet of Things» (IoT) ou «internet des objets» a été utilisée la première fois par Kevin Ashton, en 1999. A l’origine chef de produit chez P&G, cet entrepreneur britannique a par la suite créé au MIT (Massachusetts Institute of Technology) l’Auto-ID Center, un institut spécialisé dans les systèmes de capteurs. Son intuition: un jour, l’ensemble du monde physique qui nous entoure dans nos foyers et dans la ville sera connecté à internet. Alors que le web ne se prolonge – a priori – pas au-delà du monde électronique, l’IoT doit permettre au réfrigérateur comme au système de chauffage de communiquer avec les autres différents dispositifs grâce au web.

Dans l’industrie helvétique, l’IoT n’en est encore qu’à ses débuts. Des entreprises comme Walter Meier jouent un rôle de précurseur. Swisscom fait partie de celles qui mettent à disposition un soutien technologique. Sur le plan national, le chiffre d’affaires lié aux projets dans l’IoT s’avère encore marginal comparé à l’ensemble du marché des technologies de l’information et de la communication (TIC). Mais sa croissance est exponentielle. 

Les utilisateurs découvrent souvent des possibilités qu’ils n’imaginaient pas au départ. Chez Walter Meier, la mise en réseau des pompes à chaleur représente de nombreux avantages. Tout d’abord, les collaborateurs ont moins souvent besoin de se déplacer pour des problèmes de panne grâce au système de maintenance à distance. Le nombre de problèmes a diminué, ce qui augmente la fidélisation de la clientèle. L’analyse big data permet de détecter les anomalies en amont et de proposer des offres mieux ciblées aux clients.

Mary Vacharidis
Mary Vakaridis

JOURNALISTE

Lui écrire

Journaliste chez Bilan, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

Du même auteur:

CFF: Comment éviter le scénario catastrophe
L’omerta sur le harcèlement sexuel existe aussi en suisse

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."