Bilan

L’intelligence artificielle commence avec le jeu Pong

Le magazine Nature a eu le rare privilège de rentrer chez DeepMind, la start-up britannique rachetée par Google. Ludique et singulier.

Demis Hassabis, fondateur de DeepMind, a vendu sa start-up à Google. 

Crédits: Matt Writtle

L’an dernier, la start-up britannique DeepMind défrayait la chronique suite à son rachat par Google pour plus de 400 millions de dollars. Depuis, le spécialiste de l'intelligence artificielle demeurait silencieux n’affichant sur son site guère plus que des offres d’emplois. Ses effectifs sont passés de 80 à 140 chercheurs en un an.

A l’occasion de la publication d’un article de recherche, les reporters du magazine scientifique Nature ont cependant eu l’opportunité de rendre visite à l’entreprise. DeepMind a, en effet, créé un algorithme qui est capable d’apprendre seul à jouer à 49 jeux d’arcade différents comme Pong, Space Invaders et (moins bien) à Pac Man. « Dans plus de la moitié des cas, l’ordinateur est devenu suffisamment doué pour battre un joueur de niveau pro », rapporte le magazine Nature.

On connaissait déjà les cas de Deep Blue d’IBM, qui avait battu aux échecs Garry Kasparov en 1997, puis de son successeur Watson, qui a gagné devant les meilleurs joueurs de Jeopardy en 2011, mais l’algorithme de DeepMind est le premier à se montrer capable d’apprendre de zéro autant de tâches hétérogènes. «Un résultat surprenant et impressionnant », selon Nathan Sprague, un spécialiste du «machine learning» de l’Université James Madison cité par Nature. Dans un article de commentaire, Bernhard Schölkopf, chercheur à l’institut Max Planck pour les systèmes intelligents, considère que « les machines peuvent désormais dériver un comportement intelligent à partir d’un large pool de données plutôt que d’être explicitement programmées pour le faire ».

Ordinateurs neuromorphiques

La versatilité de DeepMind vient de l’association de deux type de techniques de "machines learning". La première appelée « deep learning » s’inspire du fonctionnement du cerveau dans lequel les connections entre différents type de neurones sont progressivement renforcées par l’expérience. La seconde technique est dite «reinforcement learning». Elle est inspirée par le fonctionnement de la dopamine, un neurotransmetteur qui sert de récompense dans l’apprentissage par essai et erreur du système nerveux.

Le fondateur de DeepMind, Demis Hassabis, considère que l'intelligence artificielle est cependant à des décennies de pouvoir se comparer à une intelligence humaine. Sur ce sujet, le directeur du Human Brain Project Henry Markram estime que « la prochaine étape pourrait être celle des ordinateurs neuromorphiques plus directement inspirés des neurosciences ».

La capacité de traitement de l’information du deep learning trouve toutefois déjà des applications. La start-up japonaise Colorful Board vient ainsi de lancer l’application Sensy qui effectue des recommandations d’achat de vêtements sur la base des données accumulées par les utilisateurs sur leurs smartphones.

 

Fabrice Delaye
Fabrice Delaye

JOURNALISTE

Lui écrire

Fabrice Delaye a découvert Internet le 18 juillet 1994 sur les écrans des inventeurs du Web au CERN. La NASA diffusait ce jour-là les images prises quasi en direct par Hubble de la collision de la comète Shoemaker-Levy sur la planète Jupiter…Fasciné, il suit depuis ses intuitions sur les autoroutes de l’information, les sentiers de traverse de la biologie et étend ses explorations de la microélectronique aux infrastructures géantes de l’énergie.

L’idée ? Montrer aux lecteurs de Bilan les labos qui fabriquent notre futur immédiat; éclairer les bases créatives de notre économie. Responsable de la rubrique techno de Bilan depuis 2006 après avoir été correspondant de L’Agefi aux Etats-Unis en association avec la Technology Review du MIT, Fabrice Delaye est diplômé de l’Institut d’Etudes Politiques de Paris et de l’EPFL.

Membre du jury des SwissICT Awards, du comité éditorial de la conférence Lift et expert auprès de TA-Swiss à l’Académie Suisse des Arts et des Sciences, Fabrice Delaye est l’auteur de la première biographie du président de l’EPFL, Patrick Aebischer.

Du même auteur:

«Le prochain président relèvera les impôts»
Dubaï défie la crise financière. Jusqu'à quand'

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."